La SNCF étend son service de navette à domicile

le
3
Testé depuis le début de l'année 2012, le service d'acheminement des voyageurs « porte à porte » a séduit les clients de l'opérateur ferroviaire. Il enchante moins les taxis?

Fini la bousculade et la file d'attente interminable pour attraper un taxi à la descente du train! Depuis quelques jours, les passagers des TGV en gare de Strasbourg ou de Paris-Est peuvent bénéficier d'un service de navettes pour les accompagner avant et après leur trajet. A compter du mois de septembre, l'option sera disponible en gare de Lyon Part-Dieu et de Paris-gare de Lyon, puis progressivement dans une quinzaine de grandes gares à travers l'Hexagone. De quoi mettre à mal le monopole des taxis, même si la SNCF s'en défend.

Baptisé «Porte à porte», ce service permet aux titulaires d'un billet TGV de réserver à l'avance une voiture avec chauffeur qui les attend au bout du quai, même en cas de retard du train. La formule est testée depuis le début de l'année 2012 par iDTGV, la filiale du groupe public qui sert habituellement de laboratoire d'expérimentation, et depuis la fin d'année dernière par la SNCF elle-même dans les gares d'Aix-en-Provence et de Massy (Essonne). Les retours positifs des clients ont convaincu le groupe d'étendre l'expérience. En un peu plus d'un an, 14.294 personnes ont utilisé ce service selon les chiffres de iDTGV. Outre le gain de temps, le groupe ferroviaire met en avant les tarifs intéressants. Le nouveau service SNCF est accessible à partir de 9,90 euros pour le transport de une à quatre personnes avec leurs bagages sur un trajet inférieur à 2 km. S'ajoutent ensuite deux euros par kilomètre supplémentaire. Au final, le trajet doit revenir moins cher à l'usager que le recours à un taxi classique, assure la SNCF. D'où l'accueil plutôt glaciale réservée à cette annonce chez les professionnels du secteur.

Appels d'offres

«C'est évidemment une très mauvaise nouvelle», dénonce Didier Hogrel, président de ma Fédération nationale du taxi (FNDT). «Depuis 2008, et le rapport Attali, notre profession est attaquée de toute part», poursuit-il. A la SNCF, on souligne que le service n'empiète pas sur le monopole des taxis, seuls autorisés à faire des maraudes pour recueillir des clients. L'entreprise ferroviaire précise également que la mise en place du service repose sur des appels d'offres et qu'à Strasbourg notamment, le marché a été remporté par la compagnie locale de taxis. Mais plus qu'à la SNCF, c'est au statut de «véhicule de tourisme avec chauffeur», qui permet «à tout le monde de faire du transport de personnes», que Didier Hogrel réserve ses critiques. S'il admet que la profession de taxi doit faire des efforts sur son organisation pour réduire les délais d'attente, il estime payer très cher les mauvais comportements qui ne sont pas l'apanage de toute la profession. Surtout, il ne souhaite pas en rester là: «le transport de passagers professionnels (voyages d'affaires) représente 50 % de notre activité. Je ne vois pas ce qui peut justifier que l'on réserve un véhicule spécialement alors que des taxis attendent devant la porte», conclut-il.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le dimanche 7 juil 2013 à 19:53

    Elle ferait mieux d'étendre son service a la ponctualité des trains... Ce serait déjà pas mal!

  • faites_c le dimanche 7 juil 2013 à 07:37

    "14.294 personnes"!!! Mazette, on peut difficilement faire mieux : soit 794 personnes par mois et si on suppose au minimum un TGV par jour concerné par cette offre bidon (faite avec notre argent de contribuables), on arrive au chiffre faramineux d'un maximum de 27 passagers!Si c'est un succès avec de tels chiffres, on ne comprend pas comment l'activité frêt ou la restauration à bord des trains ne sont pas des activités rentables!

  • lorant21 le samedi 6 juil 2013 à 16:41

    Bravo! L'inefficacité du système des taxis est flagrante.. et, en plus, ils ne sont pas aimables (ce qui ne coute rien..).