La SNCF a versé une aide d'urgence aux victimes de Brétigny

le
0

PARIS (Reuters) - La SNCF a versé à 35 victimes ou familles de victimes de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne), une "aide de première urgence" de 10.000 à 50.000 euros.

L'entreprise précise que ce n'est ni une indemnisation ni une avance sur indemnisation et que cela ne préjuge aucunement des décisions qui pourraient être prises en matière de préjudice matériel ou corporel ou en cas de procès.

"Ce sont des sommes versées aux victimes les plus touchées pour subvenir aux dépenses liées à l'accident - par exemple les frais d'hospitalisation, de transport, d'hébergement ou d'obsèques", explique un responsable de la SNCF.

Ces sommes ont été versées dans les jours qui ont suivi la catastrophe survenue le 12 juillet en gare de Brétigny-sur-Orge.

Le train Paris-Limoges avait déraillé, probablement en raison d'une éclisse défectueuse. Il y avait eu sept morts et des dizaines de blessés.

Selon la SNCF, la somme de 50.000 euros a été versée à chaque famille des personnes décédées et aux blessés les plus graves.

Le Parisien écrivait dans son édition de mercredi que la SNCF avait proposé un chèque de 10.000 à 50.000 euros à une cinquantaine de victimes de la catastrophe, parallèlement à la procédure d'indemnisation menée par la justice.

La SNCF, Réseau ferré de France (RFF), leurs assureurs et l'Etat ont récemment présenté aux victimes et familles des victimes un projet d'indemnisation rapide et à l'amiable.

Trois enquêtes - une par le parquet d'Evry, une par le ministère des Transports et une dernière par la SNCF et Réseau ferré de France - ont été ouvertes.

Marion Douet et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant