La SNCF a permis de créer plus de 5500 logements l'an passé

le , mis à jour à 10:37
2

Alors que la cession de terrains publics à bas prix est beaucoup plus lente que prévue, la SNCF avec sa nouvelle structure immobilière, estime que sa contribution aux efforts pour le logement est déjà satisfaisante.

Créée par la loi du 4 août 2014, la SNCF Immobilier est désormais le bras armé de la compagnie ferroviaire pour gérer son patrimoine immobilier et le valoriser. Une structure toute jeune mais disposant de sacrés moyens: 20.000 ha de foncier, 12 millions de mètres carrés de bâtiments industriels et tertiaires sans compter les 100.000 logements (sociaux et libres) de sa filiale ICF Habitat.

Le groupe a annoncé jeudi que grâce à son action, la construction de 5.528 nouveaux logements a pu être engagée en 2014, dont la moitié en Ile-de-France et 68 % de logements sociaux. D’un côté, via sa filiale ICF Habitat, le groupe a produit directement 3.048 logements neufs, à 90 % sociaux et dont 30 % peuvent être réservés par le personnel de la société ferroviaire. C’est une politique de longue date de la SNCF qui collecte son 1 % logement et l’affecte directement à ICF Habitat.

Un gros potentiel

Par ailleurs, la SNCF a également cédé 30 hectares de terrains constructibles, répartis sur 34 sites, qui permettront la réalisation de 2.480 logements (à 40 % sociaux) et ont apporté au groupe 100 millions d’euros de produits de vente. Des résultats que le groupe juge satisfaisant, se félicitant d’apporter sa contribution aux efforts du gouvernement en faveur du logement.

«Parmi les 20.000 ha de terrains ferroviaires du groupe en France, au moins 2.000 ha peuvent être aménagés et rendus constructibles», précise Sophie Boissard, directrice générale de SNCF Immobilier. Même à Paris le potentiel reste fort. Alors que la RATP a lancé ce jeudi la reconstruction d’un dépôt de bus intégrant 650 logements sur près de 2 hectares, la SNCF dispose, elle, de 40 hectares sur un ancien site logistique de la gare de l’Est. Un vaste projet de rénovation permettra de placer la logistique en sous-sol pour installer bureaux et logements en surface.

Blocages sur les cessions

Malgré ces perspectives, ce sont plutôt la lenteur et les blocages autour des cessions de terrains publics qui ont été dénoncés ces derniers temps et la Commission nationale de l’aménagement de l’urbanisme et du foncier (CNAUF) a été chargée d’y mettre un peu d’ordre. Dès le 14 avril, lors d’une réunion de cette commission consacrée aux terrains ferroviaires (SNCF, RATP), SNCF Immobilier détaillera ses objectifs pour 2015-2016. «Dans notre contribution à la politique du logement, nous pouvons intervenir aussi bien sur le logement social que sur le logement libre», rappelle Sophie Boissard. Elle compte notamment mettre en place un système de contractualisation avec les grandes métropoles pour se donner des objectifs chiffrés calés sur les mandats des maires de ces villes.

«Sur le logement libre, nous privilégions les programmes de logement intermédiaire, cohérent avec notre vocation de service public, explique Sophie Boissard. Comme les autres activités du groupe SNCF, notre mission doit contribuer à faciliter la vie quotidienne des gens pour qu’ils puissent vivre et travailler à proximité des transports.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lhonderm le vendredi 20 fév 2015 à 11:36

    C'est facile de construire des logements quand on est garanti par le contribuable. Ce n'est pas à un transporteur de construire des logements qui devraient être privés.

  • frk987 le vendredi 20 fév 2015 à 11:09

    Aux frais du contribuables qui financera les pertes abyssales de cette société publique...où est le problème.....