La Slovénie songe à protéger ses frontières avec une clôture

le
0

(Précisions) LJUBLJANA, 23 octobre (Reuters) - La Slovénie étudiera toutes les options, notamment celle de l'érection d'une clôture pour protéger ses frontières si les dirigeants européens ne trouvent pas de solution à la crise des migrants, a déclaré vendredi le Premier ministre Miro Cerar. Depuis samedi, quelque 50.400 migrants et réfugiés sont entrés sur le territoire slovène après la fermeture de la frontière séparant la Croatie de la Hongrie, et 10.300 se trouvent toujours en territoire slovène, a dit le ministère de l'Intérieur. "Nous ne pouvons pas recevoir tant de réfugiés sur une période aussi courte (...) C'est tout simplement insupportable", a dit le Premier ministre slovène. Le gouvernement estime que le pays est trop exigu et ne dispose pas de suffisamment de ressources pour accueillir ces réfugiés. Miro Cerar accuse par ailleurs la Croatie d'acheminer trop rapidement les migrants vers la Slovénie. Interrogé sur l'hypothèse de l'érection d'une clôture le long de la frontière, il a répondu à la chaîne de télévision publique: "Nous envisageons toutes les options." "En premier lieu, nous cherchons une solution européenne. Si nous perdons espoir au niveau européen, si nous n'obtenons rien de satisfaisant dimanche, alors, toutes les options sont possibles puisque cela signifierait que nous nous retrouvons seuls." Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé mercredi plusieurs dirigeants européens à se réunir dimanche à Bruxelles pour un sommet consacré à la situation des migrants dans les Balkans. ID:nL8N12L2LY Selon le ministère slovène de l'Intérieur, le coût de l'érection d'une clôture à la frontière croate, longue de 670 kilomètres, avoisinerait 80 millions d'euros. Un caméraman de Reuters a par ailleurs rapporté qu'environ 3.000 migrants avaient franchi de force vendredi matin la frontière au poste slovène de Sentilj pour pénétrer en Autriche. Le ministre serbe de l'Intérieur, Nebojsa Stefanovic, et son homologue croate, Ranko Ostojic, sont convenus quant à eux d'accélérer le passage des migrants entre la Serbie et la Croatie. Des trains partiront quatre fois par jour de la ville serbe de Sid pour gagner la ville croate de Slavonski Brod, où un nouveau camp pour réfugiés sera ouvert dans les prochains jours. (Marja Novak et Maja Zuvela,; Nicolas Delame et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant