La Slovaquie met la Russie en sursis

le
0
La Slovaquie met la Russie en sursis
La Slovaquie met la Russie en sursis

Dans un match pauvre techniquement, la Slovaquie s'est relancée grâce à une plus grande technicité et des coups d'éclats d'Hamsik et Weiss. Côté russe, on a commencé à jouer à dix minutes de la fin, et il était forcément beaucoup trop tard.

Russie 1-2 Slovaquie

Buts : Glushakov (80e) pour les Russes // Weiss (32e), Hamsik (45e) pour les Slovaques

La magie du foot, c'est de pouvoir transformer une purge en spectacle haut de gamme sur un coup d'éclat. Comme une ouverture magistrale d'un meneur de jeu pour un attaquant qui conclut avec sang-froid. Un peu comme Marek Hamsik qui trouve Vladimir Weiss par-dessus la défense russe et voit le milieu offensif d'Al-Gharafa crocheter les deux défenseurs et ajuster Igor Akinfeev d'une belle frappe enroulée du droit. Quand le milieu du Napoli s'offre lui aussi son moment de plaisir, un crochet sur Shatov suivi d'une frappe dans un angle pas évident qui vient percuter le poteau et mourir au fond des filets, on se dit que le reste de la partie peut être tout pourri, les spectateurs en ont eu pour leur argent. Sauf s'ils sont russes et ont quitté le stade dix minutes avant la fin.

La crête d'Hamsik fait pleurer la Place Rouge


Dans un début de match pauvre, il faut attendre la 10e minute pour voir Ondrej Duda, dans l'axe, décaler Marek Hamsik à sa gauche. Mais la frappe du Napolitain ne fait que flirter avec le cadre. Avant ça, pas grand chose : un centre repoussé de Robert Mak (3e) côté slovaque, une tentative de percée dans l'axe de Fedor Smolov coté russe (8e). Le moment le plus spectaculaire au milieu de tout ce déchet technique reste la violence involontaire d'Aleksandr Kokorin écrasant la main de son pote Igor Smolnikov (2e). Face à un tel spectacle, Leonid Slutski se balance d'avant en arrière. Après le coach scato de l'Allemagne, l'autiste russe. Cet Euro sera celui des entraîneurs, c'est sûr... Parce que sur le terrain, c'est pas fou entre une demi-volée hors cadre de Smolov (18e) puis une tête d'Artem Dzyuba sur laquelle Matus Kozacik se fait peur (24e). Smolov encore lui, envoie une frappe de moineau à quelques centimètres du poteau alors qu'il avait le temps de faire mieux (28e). Quatre minutes plus tard, Vladimir Weiss lui offre un tutoriel sur une occasion comparable et donne l'avantage aux siens (0-1, 32e). Comme on dit dans le jargon, les Russes viennent de prendre un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant