La situation nucléaire au Japon inquiète les entreprises

le
0
Le niveau de gravité de l'accident nucléaire de Fukushima a été relevé, équivalent à celui de Tchernobyl. De plus en plus d'entreprises avertissent des conséquences de la catastrophe sur leurs résultats.

Un mois après la catastrophe au Japon, le niveau de gravité de l'accident nucléaire de Fukushima a été relevé au rang maximum, équivalant à celui de Tchernobyl. Tepco, l'opérateur nippon qui peine à maîtriser la centrale fissurée, craint même que les fuites radioactives sur le site ne s'avèrent supérieures à celles émises lors de l'explosion du réacteur ukrainien. peu après ces déclarations, une nouvelle réplique sismique s'est fait sentir dans la région de Fukushima.

De quoi alarmer les investisseurs : à moins de deux heures de la clôture, l'indice Nikkei abandonne près de 2,1% à 9519 points. Alors que le yen grimpe, les acteurs du marché cherchent à évaluer les conséquences des suites du séisme du 11 mars sur les entreprises et l'économie japonaise.

Les usines de Toyota, qui devaient toutes redémarrer d'ici au 18 avril, pourraient encore tourner au ralenti jusqu'en juillet, selon une lettre envoyée par le directeur général de la filiale américaine,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant