«La situation en Tunisie est très instable»

le
0
INTERVIEW - Le président de l'Assemblée constituante tunisienne, Moustapha Ben Jaafar, dresse le bilan du travail des rédacteurs de la nouvelle Constitution.

À l'issue des élections du 23 octobre 2011, l'Assemblée constituante tunisienne n'est pas parvenue à rédiger en un an une nouvelle Constitution. La date anniversaire approche, et les initiatives se multiplient pour tenter de calmer l'effervescence parlementaire et prévenir d'éventuelles manifestations. Sous la pression, la coalition au pouvoir a commencé à distiller ses propositions et pourrait annoncer, ce jeudi, l'architecture de son projet constitutionnel. Depuis un an, la Tunisie est gouvernée par le parti islamiste Ennahda, auquel se sont associées deux petites formations de la gauche républicaine, le CPR et Ettakatol. Le chef de file d'Ettakatol et président de l'Assemblée constituante, Moustapha Ben Jaafar, souligne qu'une Constitution préservant le modèle tunisien de société, parmi les plus occidentalisés du monde arabo-musulman, verra le jour avant de prochaines législatives au printemps 2013.

Le Figaro. - Ennahda a voulu introduire la charia dans la C...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant