La singulière solitude parentale

le
0
Les professionnels de la petite enfance constatent un certain isolement desjeunes parents, non sans conséquence.

Eva, 39 ans et maman depuis quatre mois, est une privilégiée. Son bébé s'adapte bien à la crèche, son compagnon fait sa part au quotidien, elle reçoit chaque mercredi l'aide de son père, jeune retraité de 62 ans. Il vient s'occuper de sa petite-fille, la promène, la change... Une perle de grand-père!

Eva a de quoi se réjouir. Cette organisation qui semble peut-être banale ne l'est plus tant que ça. Une recherche, menée par les psychologues Rose-Angélique Belot et Delphine Vennat - entre autres - et dirigée par Denis Mellier, professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l'université de Franche-Comté, tend à le prouver. Ces chercheurs ont analysé pendant un an l'entourage familial de jeunes parents (*). Ceux-ci - mère primipare, entre 18 et 36 ans, et le père de l'enfant vivant ensemble dans une zone urbaine - étaient suivis dès...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant