La simplicité de City, les copies de Mazzarri

le
0
La simplicité de City, les copies de Mazzarri
La simplicité de City, les copies de Mazzarri

Des buts, des cartouches, des surprises et des branlées, la Premier League avait envie de faire la fête ce week-end. Entre un bal à Manchester, quelques gueules de bois à Londres, le retour du plaisir à Liverpool et un vieux professeur français qui retrouve le sourire.

L'équipe de la journée : Everton


Tout était aligné pour ne pas gâcher la fête : un groupe quasi au complet, un Goodison Park quasiment full, une série de quatre victoires consécutives toutes compétitions confondues et un statut d'invincible depuis le début de la saison. Longtemps pourtant, on a pensé qu'Everton allait redevenir Everton avec son inconstance et sa défense sans confiance de la saison dernière. Car face à Middlesbrough, les Toffees ont commencé par se faire peur en refusant le jeu et en encaissant rapidement un but ultra litigieux à la suite d'un duel aérien entre Negredo et Stekelenburg. Puis, tout s'est remis en place, Gareth Barry - qui fêtait samedi sa 600e apparition en Premier League, soit autant que Frank Lampard et Ryan Giggs -, est rentré dans sa fête en égalisant à la suite d'un corner de Mirallas. Et la bande à Koeman a marché tranquillement sur celle de Karanka (3-1) grâce à un superbe but de Coleman, une quatrième réalisation en une semaine de Lukaku et surtout un Valdés dans le dur. Oui, cet Everton là peut être un candidat crédible aux places européennes et il faudra maintenant le voir face à un adversaire plus ambitieux. Mais Koeman a déjà posé les bases de son plan, entre un football offensif attractif, une solidité défensive retrouvée et un Idrissa Gueye qui est en train de continuer sur la lignée de sa deuxième partie de saison dernière. Le pognon de Ronald.

Another good win at Goodison Park!Congratulations to Gareth Barry for scoring on his 600th @premierleague appearance pic.twitter.com/d9B1Th6V7W

— Ronald Koeman (@RonaldKoeman) 17 septembre 2016

Le joueur de la journée : Kevin De Bruyne


Il ne lui aura fallu que douze secondes pour s'allumer un premier pétard. Puis, quinze minutes pour le laisser faire effet et le voir s'envoler une première fois.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant