La Seine-Saint-Denis, eldorado français des "fermes de données"

le
0
La Seine-Saint-Denis, eldorado français des "fermes de données"
La Seine-Saint-Denis, eldorado français des "fermes de données"

Ils ont trouvé sur les terrains en friches de la banlieue rouge un terreau favorable à leur développement. Les "data centers", ou "fermes de données", fleurissent en Seine-Saint-Denis, devenue en peu d'années le centre névralgique du stockage numérique dans l'Hexagone.Dans ces "fermes"-là, pas de bovins ni de volailles mais des milliers de serveurs, dotés de capacités de stockage gigantesques, où sont conservés les milliards de mails, photos, recherches de voyages et autres vidéos que nous enregistrons chaque jour sur internet."Ces dernières années, des sommes colossales ont été investies dans le secteur, de l'ordre de un à deux milliards d'euros", constate Florian Du Boys, directeur général de Zayo France, fournisseur d'infrastructures de fibre optique. "Comme il y a de plus en plus de données, il y a de plus en plus besoin d'espace".Au c?ur du phénomène: la Seine-Saint-Denis, département populaire situé au nord de Paris. Et notamment trois villes de la petite couronne, considérées comme le "triangle d'or" du stockage de données: Saint-Denis, Pantin et Aubervilliers, qui accueillent une vingtaine d'établissements sur les 130 recensés en France.- Facebook, Google et banques -"Beaucoup d'établissements sont aujourd'hui implantés sur ce secteur. Cette concentration est en train de faire de la Seine-Saint-Denis un +hub numérique+", insiste Fabien Gautier, directeur marketing d'Equinix, l'un des principaux acteurs mondiaux de l'Internet.En mai 2012, le groupe américain a inauguré un bâtiment de 12.000 mètres carrés, pour un coût de 160 millions d'euros, sur l'ancien centre de tri postal de Pantin. Un site relié par "fibre noire" à l'autre grand centre d'Equinix, basé à Saint-Denis, neuf kilomètres plus loin."Nos clients peuvent stocker leurs données sur les deux sites à la fois", explique Fabien Gautier, en désignant derrière lui les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant