«La sécurité routière est un non sujet pour le gouvernement»

le
0
INTERVIEW - La présidente de la Ligue contre la violence routière dénonce l'inaction des pouvoirs publics depuis le mois de mai dernier en matière de sécurité routière.

LE FIGARO. Trois cent vies ont été épargnées en 2012 sur la route pourquoi ne vous satisfont-t-elle pas pleinement?

Chantal PERRICHON. Ce bon résultat est fragile car purement conjoncturel. Il est exclusivement lié à la crise économique. Pour des raisons financières, les Français roulent moins. On le voit bien avec la baisse de la consommation de l'essence. En parallèle, certains automobilistes roulent plus vite depuis que l'on a assoupli les règles du permis à points (des stages de récupération de point annuels au lieu de tous les deux ans, et récupération d'un point tous les 6 mois au lieu d'un an auparavant).

Êtes-vous critique à l'égard du gouvernement?

Le ministre de l'Intérieur a fixé l'objectif de passer de 4000 ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant