La sécurité du président sous haute tension

le
0
François Hollande n'a pas encore arrêté les contours des équipes chargées d'assurer sa protection.

Président normal, sécurité singulière. À peine ses habits neufs de chef d'État endossés, François Hollande affiche un style «proche des gens» qui risque de mettre ses gardes du corps à rude épreuve. Sa manière d'être lance des défis inédits aux stratèges du service de protection des hautes personnalités (SPHP), notamment quand il a pris, à la surprise générale, le train Thalys pour se rendre mercredi au sommet de Bruxelles. «Personne n'avait été averti, et la nouvelle a été annoncée au dernier moment pour garantir le meilleur niveau de sécurité», confie un policier. Médusés, les passagers ont donc vu le président traverser la gare du Nord et débarquer dans un wagon - première classe, tout de même -, flanqué d'une dizaine d'anges gardiens à oreillette.

«Les passagers n'ont pas été fouillés mais une bulle de sécurité a été établie: il était hors de question qu'un voyageur lambda vienne s'asseoir à côté de François Hollande», précise un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant