La sécurité au c½ur de la stratégie de l'UMP 

le
0
Selon un récent sondage BVA-Canal +, deux tiers des Français estiment que les positions récentes du gouvernement «se rapprochent de celle du FN».

Arnaud Montebourg, l'un des premiers, avait rué dans les brancards. «La majorité se frontnationalise», avait dénoncé le député PS de Saône-et-Loire en août au moment où les élus de droite, inspirés par le discours de Grenoble, lançaient leurs propositions en matière de sécurité et d'immigration. Un mois et demi plus tard, les socialistes n'en démordent pas. «Pire que de s'isoler en Europe, il va se faire applaudir par la Ligue du Nord en Italie et inspirer la campagne électorale de l'extrême droite en Suède», fustige la députée de Paris et secrétaire nationale du PS en charge de l'immigration, Sandrine Mazetier.

À l'UMP, on nie en bloc et on rend coup pour coup. «Parler de dérive droitière est absurde, explique Xavier Bertrand. Je mets au défi la gauche de prouver que les questions de sécurité ou d'immigration préoccupent davantage l'électeur de droite que celui de gauche. Cela dépasse les clivages politiques.» Pour preuve de sa démonstration, le s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant