La santé mentale des soldats en mission

le
0
Les psychiatres de l'armée française se rendent sur les théâtres d'opération, notamment en Afghanistan.

Quelques jours avant le massacre de civils afghans par un GI américain dans la province de Kandahar, le Dr Yann Andruetan, psychiatre de l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Sainte-Anne de Toulon soulignait au Figaro, l'impact mental particulier des opérations en Afghanistan: «C'est un conflit de faible intensité militaire mais à haute intensité psychologique.» Dans une étude à paraître dans les Annales médico-psychologiques, ce médecin cosigne avec le Pr Patrick Clervoy, lui aussi psychiatre militaire, une analyse sur les modes de prise en charge des soldats sur le terrain pour éviter, ou limiter, les conséquences psychologiques des opérations armées.

Lorsqu'un accrochage fait des blessés, il est par exemple très utile d'organiser une brève entrevue entre le groupe et le blessé évacué pour atténuer les sentiments de culpabilité ressentis par les combattants, expliquent les auteurs. Contre le stress permanent, «il est important de respecter des temps de re

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant