La Santé : les déboires d'une ancienne prison modèle

le
1
La prison de la Santé juste avant sa fermeture pour travaux en juillet 2014.
La prison de la Santé juste avant sa fermeture pour travaux en juillet 2014.

C'est dans sa cour que furent exécutés, en 1972, les deux derniers condamnés à mort français : Roger Bontems et Claude Buffet. Dans ses murs que furent incarcérées des personnalités aussi diverses que Guillaume Apollinaire, Marcel Petiot, Jean Genet, Jacques Mesrine ou encore Jérôme Kerviel. La prison de la Santé, qui fêtera, dans deux ans, ses 150 ans, connaît actuellement un important chantier de rénovation. Un ouvrage signé par le sociologue Michel Fize revient sur l'histoire de ce lieu aussi emblématique que le centre des Baumettes à Marseille.

Son livre fait écho à celui, publié en 2000, par Véronique Vasseur. Cet ancien médecin-chef de l'établissement, de 1993 à 2000, avait vigoureusement dénoncé la surpopulation de cette prison. Elle avait dépeint les conditions terribles dans lesquelles s'entassaient 1 200 détenus : la vétusté et l'insalubrité des cellules, la crasse et le délabrement de l'infirmerie comme de l'ensemble des installations sanitaires. Ce témoignage-choc devait d'ailleurs permettre d'accélérer le plan de modernisation de la Santé (dont on parlait depuis 1968 !). Remontant à sa mise en service et revenant sur sa longue histoire, Michel Fize rappelle, au contraire, que la Santé fut longtemps considérée comme une prison modèle.

À la pointe de la technologie

En 1867, la maison d'arrêt parisienne tranche, de fait, avec les prisons encore en activité au moment de son ouverture....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 16 sept 2015 à 11:16

    Ne croyez-vous pas qu'un immense camp dans la rase campagne serait beaucoup plus sain que ces bâtisses sordides ? Au moins le Larzac servirait à quelque chose.