La santé du président Bouteflika ne suscite «aucune inquiétude», selon Alger

le
1
La santé du président Bouteflika ne suscite «aucune inquiétude», selon Alger
La santé du président Bouteflika ne suscite «aucune inquiétude», selon Alger

Alors qu'il a été victime samedi d'un accident vasculaire cérébral (AVC) et qu'il a dû être transféré en urgence à Paris pour y effectuer des examens complémentaires, l'état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflikane ne suscite «aucune inquiétude», selon Alger. Un communiqué du cabinet du Premier ministre minimise les conséquences du «mini-AVC» du président : «Les activités officielles continueront à se dérouler normalement», affirme-t-il.

Même discours rassurant du côté des médecins. Le cardiologue Rachid Bougherbal, l'un des responsables de l'établissement à Alger où a été soigné M. Bouteflika avant son transfert en France, a indiqué que l'état de santé du dirigeant de 76 ans évoluait «bien», qu'il n'avait subi «aucune lésion irréversible» et qu'«aucune fonction motrice ou sensorielle n'a été altérée».

.

Bouteflika doit maintenant «récupérer»

Vers 13h30 samedi, le président algérien a fait un «accident ischémique transitoire» (AIT). Une «ischémie» est la privation d'apport sanguin et donc d'oxygène dans n'importe quel organe, détaille David Grabli, neurologue à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. «Le plus souvent c'est lié à un vaisseau sanguin qui se bouche», ajoute le médecin français. Quant à «transitoire», cela signifie que «le caillot qui s'est formé va se dissoudre très rapidement. Quand la durée de l'ischémie a été brève, inférieure à quelques minutes, les symptômes récupèrent immédiatement». Et le professeur Bougherbal assure que l'AIT «n'a pas duré longtemps», que l'affection est «réversible» et «régresse» sans laisser de «lésions séquellaires».

Le chef de l'Etat doit toutefois compléter son bilan et «récupérer un peu de la fatigue occasionnée par cette affection», ajoute le professeur, tout en assurant que son état de santé ne suscite «aucune inquiétude».

Le ministère français de la Défense...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le dimanche 28 avr 2013 à 21:54

    on s'en tape !