"La salafisation des esprits est en marche"

le
1
Dans son livre La Mosaïque de l'islam (Institut d'études avancées de Nantes-Fayard, 2016), Souleiman Mourad, professeur d'histoire et de civilisation de l'islam au Smith College (Massachusetts), rappelle que l'islam n'est pas un, mais multiple.
Dans son livre La Mosaïque de l'islam (Institut d'études avancées de Nantes-Fayard, 2016), Souleiman Mourad, professeur d'histoire et de civilisation de l'islam au Smith College (Massachusetts), rappelle que l'islam n'est pas un, mais multiple.

Dans son livre La Mosaïque de l'islam (Institut d'études avancées de Nantes-Fayard, 2016), un modèle d'érudition, mais aussi de clarté, ce professeur d'histoire et de civilisation de l'islam au Smith College (Massachusetts) rappelle ce qui est aujourd'hui trop souvent oublié : l'islam n'est pas un, mais multiple. Pourtant, les musulmans comme les non-musulmans finissent par croire que le seul vrai, c'est l'islam littéraliste, celui des salafistes.

Le Point : Vous estimez que l'image que nous avons aujourd'hui de l'islam est biaisée. Pourquoi ?

Suleiman Mourad : Comme je l'explique dans mon livre, l'islam est une mosaïque où coexistent historiquement des courants et des pensées différents. Or nous vivons de plus en plus sous le régime de la pensée unique, celui d'un islam d'inspiration wahhabite ou salafiste dont la plupart des musulmans comme les non-musulmans finissent par penser qu'il est le seul véritable islam.

On assiste donc, selon vous, à une salafisation des esprits ?

Progressivement, oui : la salafisation des esprits est en marche. D'où, par exemple, la conviction aux États-Unis que le port du voile est obligatoire en islam, que c'est un signe religieux comme un autre, ce qui n'est pas entièrement vrai. Un autre exemple : la conviction que le soufisme, cette vision...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 3 mois

    Le soufisme est la quintessence de l'islam, c'est la vraie branche mystique, mais les politiques le considèrent comme trop proche du christianisme : c'est le plus fréquentable, effectivement.