La saison quimpéroise de Riyad Mahrez

le
0
La saison quimpéroise de Riyad Mahrez
La saison quimpéroise de Riyad Mahrez

Le Riyad Mahrez qui brille cette saison sur les pelouses de Premier League avec Leicester vient de très, très loin. Sa première tentative de quitter son Sarcelles natal remonte à 2009, année où il débarque à Quimper pour essayer de se faire une place dans l'équipe première qui évolue en CFA. Son abnégation finira par payer, même si le jeune homme doit d'abord convaincre avec la B en septième division…

Dans moins d'un mois, Riyad Mahrez va fêter ses 25 ans. Il est l'une des stars de cette étonnante saison de Premier League en contribuant grandement aux performances de l'équipe surprise, Leicester, actuellement toujours leader devant les cadors du championnat. L'international algérien, déjà remarqué avec sa sélection lors de la Coupe du monde 2014, est un phénomène né à Sarcelles, dont on peine aujourd'hui à comprendre comment il a pu échapper aux radars des grands clubs français. " Mais faut comprendre qu'une telle trajectoire est impossible à prédire, impossible ! Qu'aucun club pro ne se soit intéressé à son profil quand il était ado, ça me semble normal. Il est tellement atypique ", assure pourtant Mickaël Pellen, actuel coach des U19 du Stade brestois qui voit débouler Mahrez dans le Finistère à l'été 2009 lors d'un essai organisé par le club de Quimper KFC (aucun lien – abréviations de Kerfeunteun Football Club), dont l'équipe première prépare sa saison de CFA. Pellen est à l'époque l'adjoint de l'entraîneur Ronan Salaün. Riyad Mahrez est alors âgé de 18 ans et n'a jamais quitté Sarcelles, où il est né et où il a découvert le football sous les couleurs de l'AAS Sarcelles, dont l'équipe fanion évolue en PH Île-de-France. " Ate Nzete, figure emblématique du club de Sarcelles, m'appelle un jour pour me dire : "J'ai un jeune ici qu'il faut aider, il n'a rien à faire ici ! Il faudrait qu'il aille voir plus haut, et si possible en province." Le jour même, j'ai appelé mon ami Mickaël Pellen et Riyad est parti rapidement à l'essai ", explique celui qui a servi d'intermédiaire dans l'affaire, Matthieu Bideau, actuel responsable du recrutement du FC Nantes. " À un niveau tel que le CFA, les recrutements se passent généralement de deux manières : ou bien sur essai, ou bien sur CV plus recommandation d'un homme de confiance dans le milieu du foot. Riyad, on ne le connaissait pas, alors il est venu pour qu'on juge de son niveau, mais il n'était qu'un joueur parmi les 22 qu'on testait ce jour-là ", poursuit Mickaël Pellen. Verdict ? Il est le seul invité à rester dans la préfecture du Finistère. " On sentait qu'il y avait un truc chez lui. Attention, ce n'était pas du clé en main ! On savait qu'il allait y avoir beaucoup de boulot pour qu'il ait le niveau, surtout…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant