« La saison prochaine, le banc me manquera »

le
0
« La saison prochaine, le banc me manquera »
« La saison prochaine, le banc me manquera »

73 minutes la saison dernière, 4 cette saison : Pantxi Sirieix, 36 ans, n'en est pas encore tout à fait à un match complet en quinze mois de compétition avec le TFC. Une situation qu'il assume parfaitement et dont il s'amuse. Interview « banc de touche ».

 

Comment accepter un si faible temps de jeu par saison ?

PANTXI SIRIEIX. Plus jeune, je l'acceptais beaucoup moins. C'était difficile à encaisser. Il m'est arrivé de faire la gueule. Désormais, je sais pourquoi je suis là. Le terrain me manque, mais je ne le prends pas sous cet angle : c'est une année bonus pour moi vu que je devais arrêter la saison dernière. J'essaie de profiter des derniers instants avec les gars. Il faut savoir être lucide.

 

A ce rythme-là, il n'y a pas d'âge limite ?

Si si, car même les entraînements sont difficiles. Je commence à le sentir.

 

Quel est le meilleur endroit pour suivre un match : sur un banc, en tribunes ou à la maison ?

Sur un banc, sans hésiter ! Tu es quand même dans le truc. Il y a plein de sièges différents. On voit même des sièges chauffants maintenant. A Toulouse, ils sont pas mal. Mais avec les travaux de l'Euro, on voit un peu moins bien. Avant, on était un peu plus haut. En plus, comme le terrain est un peu bombé, c'est compliqué de voir l'autre bord. Mais, avec l'expérience, je commence à me débrouiller pour discerner la ligne de l'autre côté (il rit). La saison prochaine, le banc me manquera.

 

Votre plus grande qualité, finalement, n'est-elle pas d'être proche du président ?

Si je suis là, c'est grâce à lui. Quand j'ai été plus en difficulté, il m'a soutenu en interne. C'est pour ça qu'au lieu de partir comme c'était prévu en juin, j'ai accepté de continuer un an de plus.

 

La saison prochaine, vous les verrez où, les matchs ?

Je ne sais pas encore. Ce qui est certain, c'est que c'est ma dernière année en tant que joueur. Je vais sans doute rester au club, on va ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant