La saison pas comme les autres du Club Franciscain

le
0
La saison pas comme les autres du Club Franciscain
La saison pas comme les autres du Club Franciscain

Leur percée jusqu'en 32ème de finale avait été l'une des belles histoires de la dernière Coupe de France. Les Martiniquais du Club Franciscain étaient venus affronter le FC Nantes au stade de la Beaujoire, et leur voyage avait fait la joie des médias. Les Franciscains dominaient alors la ligue de leur île, et se sentaient invincibles. Quelques mois plus tard, la situation est plus compliquée. Retour difficile, perte du championnat, défaites en compétitions locales, ils disputent ce jeudi la finale de la Coupe de Martinique, dernier espoir de titre cette saison.

C'était le 3 janvier dernier, dans le froid du stade de la Beaujoire. Les joueurs du Club Franciscain, petite équipe de Le François, ville de la côte Est de la Martinique, disputaient un historique 32ème de finale en Coupe de France. Une aventure qui avait fait d'eux la fierté de toute une île : "c'est fantastique, ça n'arrive qu'une fois dans une vie", se félicitait alors le président du club, Eric Littorie. Les Antillais avaient fait les choses en grand pour l'occasion, et avaient préparé la rencontre comme des professionnels : arrivée en France métropolitaine une semaine avant le match pour s'habituer au climat, descente dans un complexe luxueux de l'Essonne équipé d'installations thermales etc. Et peu importe si la défaite (4-0) face aux Jaunes et Verts étaient prévisible, l'essentiel était ailleurs. Ce coup d'éclat aurait dû les faire passer dans une autre dimension. Mais comme le confie Jean-Marc Civault, l'entraîneur, "le match face à Nantes n'a pas eu l'effet escompté".

Lendemain de fête difficile


Lorsque les Franciscains ont débarqué à Nantes cet hiver, ils étaient toujours invaincus dans leur championnat (la Division d'Honneur Martinique, plus haut échelon de l'île), dont ils étaient également doubles champions en titre. De quoi être confiants donc, même si ces joueurs amateurs avaient conscience de s'attaquer à une montagne. De toute manière, ce beau parcours en Coupe était surtout une occasion unique d'emmagasiner de l'expérience et de côtoyer le très haut niveau. Problème, à leur retour en Martinique, les joueurs ne parviennent pas à en profiter et se muent dans un laxisme généralisé qui brise cette belle dynamique.
"Le retour a été difficile physiquement et psychologiquement. L'équipe aurait dû être survoltée, mais certains joueurs pensaient qu'il y étaient déjà arrivés" déplore Jean-Marc Civault. Le Club Franciscain enchaine les performances en demie-teinte, beaucoup de matchs nuls, quelques défaites, au point de finir par abandonner son titre au Golden Lion de Saint-Joseph. Autre effet du match face à Nantes, certains joueurs ont été repérés et les Franciscains ont perdu leur capitaine, Jordy Delem, qui s'est engagé avec Arles-Avignon. Alors c'est fermement que coach Civault a dû "reprendre les choses en main".

"Beaucoup de clubs martiniquais auraient voulu…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant