La Sagrada Familia doit payer ses taxes et avoir un vrai permis de construire

le
0

Le chef-d’œuvre d’Antoni Gaudi, emblème de Barcelone, doit régler des problèmes administratifs vieux de 130 ans. Son permis de construire n’est pas à jour, ni sa situation fiscale. Explications.

Nul n’est censé ignorer la loi, pas même la Sagrada Familia! La basilique inachevée de l’architecte Antoni Gaudi, chef-d’œuvre de l’Art nouveau, doit désormais régler une série de problèmes administratifs n’ayant jamais été résolus au cours de ses 134 années de chantier. Comme l’a évoqué la presse espagnole, l’emblème de Barcelone ne dispose même pas d’un véritable permis de construire en bonne et due forme. Sa construction s’appuie en effet sur une demande de permis adressée à la commune de Sant Martí de Provençals, 12 ans avant son rattachement administratif à Barcelone. D’où l’absence de rattachement clair aux règles d’urbanisme de la capitale catalane.

À lire aussi: Dans 11 ans, le chantier de la Sagrada Família sera achevéLa Sagrada Familia comme vous ne l’avez (encore!) jamais vue

Évidemment, l’architecte en chef du monument se dit prêt à faire évoluer la situation, simplement il veut s’en tenir à la demande d’origine pour éviter que l’on considère les travaux à venir comme un nouveau bâtiment. Le conseil municipal de Barcelone a par ailleurs déjà annoncé la création d’une Commission de la qualité architecturale spécialement dédiée à la Sagrada Familia afin de suivre les prochains grands chantiers. Il s’agira notamment pour les représentants de l’édifice religieux d’expliquer aux autorités comment seront construites les six dernières tours du bâtiment: celle symbolisant Jésus Christ (172,5 mètres), celle évoquant la Vierge Marie (140 mètres) et celles représentant les quatre évangélistes (135 mètres pour chacune d’entre elles). Ces tours doivent être construites en dehors de la ville avant d’être assemblées sur place.

Exonération ou non de taxe foncière?

Et puisque ces questions administratives sont évoquées, les autorités catalanes souhaiteraient que le bâtiment se mette en règle du point de vue fiscal. Le président de la fondation Sagrada Familia a confié au journal La Vanguardia que la basilique était toute à fait «prête à payer les taxes qui sont dues d’après la loi». Il n’a cependant pas précisé s’il s’agissait de droits liés aux permis de construire ou de taxe foncière. Pour rappel, en France, tous les bâtiments de culte (pour peu qu’ils soient «affectés à l’exercice du culte») sont exemptés de cette dernière taxe.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant