La Russie suspend son aide à l'Ukraine

le
0

Moscou conditionne ses versements au contrôle par le pouvoir ukrainien de la situation de crise du Maïdan.

Sous la menace de sanctions européennes, Viktor Ianoukovitch doit également compter avec la pression redoublée qu'exerce Moscou. «Le pouvoir (ukrainien, NDLR) doit être efficace et légitime, il ne faut pas qu'on puisse s'essuyer les pieds dessus comme sur un paillasson.» Une mise en demeure signée Dmitri Medvedev, peu coutumier de ce genre de formules chocs, d'ordinaire réservées à son mentor, Vladimir Poutine. Et le premier ministre russe d'ajouter: «Nous continuerons à coopérer avec nos partenaires ukrainiens dans tous les domaines, nous ferons tout pour honorer nos promesses. Mais il faut pour cela que nos partenaires soient en bonne forme.» Traduisez: pour recevoir la deuxième tranche du prêt de 15 milliards de dollars consenti par Vladimir Poutine en décembre, Viktor Ianoukovitch doit se ressaisir et faire le ménage. «Le pouvoir doit se concentrer su...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant