La Russie se dit prête à discuter d'un cessez-le-feu en Syrie

le
0
 (Ajoute déclarations du porte-parole du Kremlin §3-4) 
    MOSCOU, 11 février (Reuters) - La Russie est disposée à 
discuter d'un cessez-le-feu en Syrie et estime que les 
pourparlers de paix sous l'égide de l'Onu pourraient reprendre 
avant le 25 février à Genève, rapportent jeudi les agences de 
presse russes en citant le vice-ministre des Affaires 
étrangères. 
    "Nous sommes prêts à discuter des modalités d'un 
cessez-le-feu en Syrie", a déclaré Guennadi Gatilov, cité par 
l'agence Tass. "C'est ce dont nous allons parler à Munich", où 
se réunit ce jeudi le Groupe international de soutien à la Syrie 
(GISS) en marge d'une conférence internationale sur la sécurité, 
a ajouté le vice-ministre. 
    Un responsable occidental a indiqué mercredi que la Russie 
avait proposé qu'une trêve soit déclarée en Syrie le 1er mars, 
tout en ajoutant qu'aucun accord ne s'était dégagé sur la 
proposition de Moscou.  
    Interrogé sur cette date lors d'une visioconférence avec des 
journalistes, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a 
déclaré: "Le processus est très fragile, les discussions sont en 
cours et on ne peut pas parler d'unanimité dans le processus de 
règlement du conflit syrien." 
    Plusieurs membres du Conseil de sécurité de l'Onu, notamment 
les pays occidentaux, ont appelé mercredi Moscou à mettre fin à 
ses raids aériens dans la région d'Alep, où couve une nouvelle 
grave crise humanitaire, rappelant que la résolution 2254 votée 
par la Russie prévoyait l'arrêt immédiat des bombardements des 
zones civiles.   
    Selon le ministère russe de la Défense, cité par l'agence 
Tass, l'aviation russe a effectué 510 sorties et détruit environ 
1.900 cibles en Syrie pendant la semaine écoulée.   
    D'après l'agence Interfax, Guennadi Gatilov estime que les 
négociations de paix pourraient reprendre avant le 25 février, 
la date avancée par l'émissaire des Nations unies, Staffan de 
Mistura, lors de leur suspension la semaine dernière en raison 
de l'offensive à Alep. 
     
 
 (Maria Kiselyova; Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant