La Russie s'en prend à «un ennemi inexistant» 

le
0
INTERVIEW - Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen veut rassurer Moscou qui se dit menacé par le bouclier antimissile de l'Alliance atlantique.

À la veille d'une réunion entre les ministres des Affaires étrangères de l'Otan et leur homologue russe, Sergueï Lavrov, le secrétaire général de l'Alliance répond au Figaro.

LE FIGARO. - L'Otan irrite la Russie avec son bouclier antimissile. Le général Nikolaï Makarov, chef d'état-major, parle d'une nouvelle course aux armements. Qu'en dites-vous ?

Anders Fogh RASMUSSEN. - Ce n'est sûrement pas la défense antimissile de l'Alliance qui pousse à la course. Notre système ne vise pas la Russie. C'est une défense passive qui veut seulement protéger les populations civiles. Plus de trente pays possèdent ou aspirent à posséder la technologie des missiles offensifs. Certains peuvent déjà atteindre le territoire couvert par l'Otan. Nous avons besoin d'une vraie protection contre cette vraie menace. La décision a été prise et le système sera construit.

La nouvelle donne de politique intérieure joue-t-elle un rôle dans le raidissement ?

Le phénomène n'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant