La Russie perd un satellite à 200 millions d'euros

le
1

ALMATY (Reuters) - Une fusée russe Proton-M s'est écrasée vendredi peu après son décollage du pas de tir de Baïkonour, au Kazakhstan, perdant un satellite de télécommunications à 200 millions d'euros qu'elle devait placer en orbite.

C'est la deuxième fois en moins d'un an qu'une fusée Proton-M s'écrase peu après le décollage, après un accident similaire en juillet dernier. C'est aussi la deuxième fois, après 2011, que la Russie perd un satellite européen destiné à renforcer la couverture du territoire russe pour l'accès à internet.

Selon l'agence spatiale russe, Roskosmos, la fusée, qui a décollé à 01h42 heure de Moscou (21h42 GMT jeudi), a connu une "situation d'urgence" qui a provoqué l'échec de la mission.

Une panne de moteur est survenue pour une cause encore indéterminée lors de la troisième phase de la mise en orbite, environ neuf minutes après le décollage, à une altitude de 160 kilomètres, a déclaré le directeur de Roskosmos, Oleg Ostapenko.

Le satellite qu'il transportait, l'Express-AM4R, fabriqué par Astrium, filiale d'Airbus Group, devait améliorer l'accès internet et les télécommunications dans les parties les plus reculées de la Fédération.

Les débris du satellite se sont tous consumés dans l'atmosphère, a dit Oleg Ostapenko aux agences de presse russes.

La perte du satellite retarde un certain nombre de projets commerciaux de trois ou quatre ans.

"C'est un coup dur, bien sûr. Le problème est que notre fusée la plus fiable, la plus puissante et la plus utilisée, a un très mauvais bilan", a déclaré Ivan Moïsseïev, directeur de l'Institut de politique spatiale, un groupe de recherches.

Selon lui, la fusée a un taux d'échec de 7% et ce manque de fiabilité est préjudiciable à Roskosmos, tout en favorisant ses rivaux européen comme Arianespace ou américain comme le nouveau venu SpaceX.

"Si l'on compare avec nos principaux concurrents, avec l'Europe, leur dernier accident remonte à douze ans", a souligné Moïsseïev.

Lors de l'accident d'une fusée Proton-M en juillet dernier, trois satellites de navigation avaient été perdus, pour un coût total d'environ 145 millions d'euros.

A la suite de ce nouvel échec, le Kazakhstan a suspendu vendredi tous les lancements à partir de son territoire, rapporte la chaîne russe Rossia-24.

(Dmitri Soloviov; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 16 mai 2014 à 12:18

    Fallait prendre une Ariane.