La Russie ne peut plus financer deux barrages au Kirghizistan

le
0
    BICHKEK, 24 décembre (Reuters) - Le président kirghize 
Almazbek Atambaïev a déclaré jeudi que la Russie, son plus 
proche allié, n'avait plus les moyens de financer deux projets 
de barrages hydroélectriques dans la république d'Asie centrale. 
    Cette annonce illustre les difficultés croissantes de 
l'économie russe en raison de l'effondrement des cours du 
pétrole et la nécessité pour ses alliés de trouver de nouvelles 
sources de financement. 
    Almazbek Atambaïev a précisé que son pays, qui héberge une 
base aérienne russe, allait chercher de nouveaux partenaires 
pour mener à bien les deux projets de barrages sur la rivière 
Narine, Kambarata-1, d'un coût estimé à 2,5 milliards de dollars 
(2,28 milliards d'euros), et Cascade de la Haute-Narine (734 
millions de dollars). 
    "Il est clair que dans la situation actuelle, l'économie 
russe n'est pas en hausse et les cours du pétrole baissent. La 
Russie ne sera pas capable d'honorer ses engagements pour des 
raisons objectives", a déclaré le président kirghize après 
s'être entretenu avec son homologue russe Vladimir Poutine. 
    "La situation est telle qu'aujourd'hui, malheureusement, nos 
amis russes ne seront pas en mesure de mener à bien ces projets. 
Et cela va être le cas pendant longtemps", a-t-il ajouté. 
    Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé que le 
financement des barrages avait fait l'objet de discussions entre 
Vladimir Poutine et Almazbek Atambaïev cette semaine à Moscou. 
    "Il y a effectivement des difficultés d'ordre commercial et 
conjoncturel. Différentes options sont à l'étude", a-t-il dit. 
     
 
 (Olga Dzioubenko; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant