La Russie, l'Italie et l'Inde sur le podium du dopage en 2014

le
0
Dans son "rapport sur les violations des règles antidopage 2014", l'Agence mondiale antidopage fait état de 2 287 contrôles positifs et 1 693 cas avérés dans le monde.
Dans son "rapport sur les violations des règles antidopage 2014", l'Agence mondiale antidopage fait état de 2 287 contrôles positifs et 1 693 cas avérés dans le monde.

Dans son rapport sur la tricherie médicalisée dans le sport, l’Agence mondiale antidopage fait état de 2 287 contrôles positifs et 1 693 cas avérés dans le monde.

Plongée depuis l’automne dans les remous du dopage, la Russie a été le pays le plus touché par la tricherie médicalisée dans le sport en 2014, affirme l’Agence mondiale antidopage (AMA) dans un rapport publié mercredi 27 avril. L’Italie et l’Inde complètent ce podium peut enviable.

1 693 cas de dopage avérés en 2014 Sur l’année 2014, l’AMA rapporte 2 287 tests positifs lors de contrôles inopinés de sportifs ou d’analyses régulières réalisées en compétition. Le « rapport sur les violations des règles antidopage 2014 » de l’AMA, fait état de 148 cas de dopage du côté des sportifs russes sur les 1 693 confirmés recensés dans le monde cette année-là. L’Italie en dénombre 123 et l’Inde 96. Viennent suite la France et la Belgique avec 91 cas chacun, puis la Turquie, l’Australie, la Chine, le Brésil et la Corée du Sud.

109 nationalités dans 83 disciplines La tricherie médicalisée est un fléau largement répandu dans le monde, estime l’Agence antidopage. Les tests positifs ont ainsi touché des sportifs de 109 nationalités différentes dans 83 disciplines − à noter toutefois que les contrôles sont plus ou moins rigoureux selon ces dernières.

231 cas mis à jour autrement que par des analyses Dans pratiquement deux cas sur trois après un contrôle positif (64 % ou 1 462 tests sur les ), des sanctions ont été prononcées. A ce total s’ajoutent 231 cas qui ont été mis à jour autrement que par des analyses d’urine ou un échantillon sanguin. Ces derniers « touchent des sportifs et des mem...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant