La Russie investira 15 milliards de dollars pour l'Ukraine

le
0
La Russie investira 15 milliards de dollars pour l'Ukraine
La Russie investira 15 milliards de dollars pour l'Ukraine

L'Ukraine a désormais les yeux tournés vers l'est. Entre les murs du Kremlin, le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Victor Ianoukovitch ont ratifié ce mardi un accord levant les obstacles commerciaux entre Kiev et Moscou.

La Russie va investir 15 milliards de dollars dans des titres du gouvernement Ukrainien et réduire d'un tiers le prix du gaz qu'elle lui vend, a affirmé avec satisfaction Vladimir Poutine. Loin des 610 millions d'euros que proposait pour sa part l'Union Européenne, le prêt russe sonne comme une opportunité pour ce pays en proie à une profonde crise économique.

La Russie tente également d'attirer l'Ukraine dans son Union douanière, au côté du Bélarus et du Kazakhstan. Mais unanimes, les autorités ukrainiennes et russes ont affirmé que cette question n'était pas à l'ordre du jour. Victor Ianoukovitch a néanmoins souligné qu'il fallait remédier à la baisse des échanges commerciaux entre les deux pays. «La rencontre d'aujourd'hui est dans une certaine mesure stratégique. Nous ne devons pas nous arrêter là, nous devons développer notre partenariat», a même déclaré Victor Ianoukovitch au début de ces entretiens.

Les manifestants déterminés

Cet accord pourrait sonner comme l'épilogue de plusieurs semaines de contestations qui secouent Kiev. Mais dans les rues de la capitale ukrainienne, l'opposition gronde toujours. Déterminés, drapeaux aux couleurs de l'UE en mains, des centaines de milliers de personnes déferlent chaque jour dans les rues et réclament le départ de Ianoukovitch, l'accusant de vendre l'Ukraine à la Russie. Le 21 novembre dernier, le gouvernement avait suspendu un accord d'association et libre échange avec l'Union Européenne.

Peu avant la rencontre de ce mardi, l'imposant boxeur et opposant au pouvoir Vitali Klitschko espérait que le président ne trahirait pas «les intérêts nationaux du pays», alors que l'opposition a affirmé qu'il pourrait céder ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant