La Russie inaugure Vostotchny, son nouveau cosmodrome

le
0
La Russie inaugure Vostotchny, son nouveau cosmodrome
La Russie inaugure Vostotchny, son nouveau cosmodrome

Sa construction n'a pas été sans heurts ni scandales de corruption mais le cosmodrome de Vostotchny, symbole des ambitions retrouvées de l'industrie spatiale russe et conçu pour remplacer le vénérable Baïkonour, connaîtra mercredi son lancement inaugural.A 12H01 (02H01 GMT), un lanceur Soyouz 2.1a chargé de mettre en orbite trois satellites scientifiques décollera pour la première fois de ce centre spatial sorti de terre en moins de cinq ans dans la région de l'Amour, dans l'Extrême-orient russe.La construction de ce centre spatial, considéré comme le "plus grand chantier du pays" par les médias russes avec un budget estimé de 300 à 400 milliards de roubles (4 à 5,3 milliards d'euros au taux actuel), avait été ordonnée en 2007 par Vladimir Poutine sur le site d'une ancienne base de missiles soviétiques, Svobodny-18.Les travaux ont commencé en 2012 dans cette région immense mais peu peuplée: environ 10.000 ouvriers ont construit 100 km de routes, autant de voies ferrées et une ville capable d'héberger 25.000 habitants.Le principal avantage de Vostotchny est de se trouver en Russie et donc de permettre à Moscou de ne plus dépendre du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, loué 115 millions de dollars par an depuis la chute de l'URSS. Le site de Vostotchny est plus proche de l'équateur que la base russe déjà existante de Plessetsk, dans le nord de la Russie: un paramètre qui facilitera les futures mises en orbite.D'une surface totale de 1.000 km2, le nouveau cosmodrome n'accueillera dans un premier temps qu'un seul pas de tir destiné aux lanceurs Soyouz, qui demeurent l'unique moyen d'envoyer des hommes dans l'espace, notamment pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS).Une deuxième phase de travaux commencera en 2017 pour construire un second pas de tir spécialement renforcé pour le futur lanceur lourd Angara, censé remplacer la fusée Proton, jugée trop polluante et victime de nombreux incidents ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant