La Russie évoque des discussions avec l'Opep sur la production

le
0
LA RUSSIE ÉVOQUE DES DISCUSSIONS AVEC L'OPEP
LA RUSSIE ÉVOQUE DES DISCUSSIONS AVEC L'OPEP

MOSCOU (Reuters) - Des responsables russes ont évoqué l'ouverture de discussions avec l'Arabie saoudite et d'autres pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sur une éventuelle réduction de la production afin de soutenir les cours, a déclaré mercredi Nikolaï Tokarev, président de Transneft, le monopole public des oléoducs.

Le ministère russe de l'Energie a confirmé que la possibilité d'une coopération entre la Russie et avait été évoquée lors d'une réunion avec des compagnies pétrolières russes. Moscou avait jusqu'à présent refusé l'idée d'une coopération entre grands producteurs de brut dans le but de réduire la production.

A New York, la hausse du baril s'est accentuée après les déclarations russes, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagnant 2,3% à 32,17 dollars et le Brent 3,46% à 32,90 dollars.

On est cependant encore loin de décisions sur une diminution des extractions en Russie, des acteurs du secteur expliquant qu'aucune mesure concrète n'a pour l'instant été évoquée, qu'une telle diminution est techniquement très difficile à mettre en oeuvre et pourrait se traduire par des pertes de parts de marché.

Nikolaï Tokarev a déclaré que des dirigeants du secteur pétrolier et de responsables gouvernementaux réunis à Moscou avaient conclu que des discussions avec l'Opep étaient nécessaires pour endiguer la chute des cours.

"Lors de la réunion, il a été question en particulier du prix du pétrole et des mesures que nous pourrions prendre collectivement pour améliorer la situation, parmi lesquelles des discussions dans le cadre de l'Opep dans son ensemble ou bilatérales", a-t-il dit, selon des propos rapportés par l'agence de presse RIA.

"La principale initiative revient, bien sûr, à nos partenaires saoudiens. Ce sont les principaux négociateurs. Cela signifie que c'est avec eux que nous devons discuter en premier", a-t-il ajouté.

Il a expliqué qu'une réduction de la production constituait "l'un des leviers ou des mécanismes qui nous permettraient de rééquilibrer le prix du pétrole".

Plusieurs pays membres de l'Opep ont plaidé récemment en faveur d'une réduction coordonnée de la production afin de faire remonter les cours du baril, divisés par trois depuis la mi-2014 et tombés récemment à leur plus bas niveau depuis douze ans, en soulignant que la Russie avait un rôle à jouer.

De fait, la production russe a atteint en décembre son plus haut niveau depuis la fin de l'Union soviétique, à 10,80 millions de barils par jour (bpj), contre un peu plus de 10 millions de bpj pour l'Arabie saoudite, premier exportateur du monde.

(Denis Pinchuk, Margarita Papchenkova et Katya Golubkova, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant