La Russie envisage des sanctions contre l'UE jusqu'à fin 2017-PM

le
1
    MOSCOU, 27 mai (Reuters) - Le Premier ministre russe a 
annoncé vendredi avoir demandé à ses ministres de se préparer à 
une possible extension de l'embargo sur les produits 
alimentaires de l'Union européenne jusqu'à la fin 2017, en 
réponse aux sanctions européennes qui visent la Russie en raison 
de son rôle dans le conflit ukrainien. 
    "J'ai demandé (au gouvernement) de préparer une proposition 
pour étendre les contre-sanctions non pas pour un an, mais 
jusqu'à la fin 2017", a déclaré Dmitri Medvedev pendant une 
réunion avec le syndicat patronal des industriels. 
    La prolongation des sanctions permettrait aux producteurs 
agricoles russes d'investir sur le long terme, a-t-il ajouté. 
    La Russie a interdit les importations de produits frais en 
provenance de la plupart des pays occidentaux en 2014, après 
avoir été elle-même visée par des sanctions suite à l'annexion 
de la Crimée et son implication dans le conflit dans l'est de 
l'Ukraine. 
    Les sanctions de l'Union européenne ont été prolongées pour 
un an l'été dernier et la chancelière allemande Angela Merkel a 
estimé jeudi, pendant le sommet du G7 au Japon, qu'il était 
prématuré d'envisager leur levée cet été. 
    Berlin et Paris plaident pour que les sanctions soient 
maintenues jusqu'à ce que l'accord de paix qu'ils ont négocié 
l'an dernier à Minsk (Biélorussie) avec la Russie et l'Ukraine 
soit totalement mis en oeuvre. Mais l'idée de leur prolongation 
suscite de plus en plus de réticences au sein des Vingt-Huit, 
notamment chez certains pays d'Europe centrale de l'Est. 
     
 
 (Polina Devitt; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 10 mois

    Investir sur le LT. Bonne idée, sauf qu'il aurait du le déclarer il y a 2 ans et pas seulement maintenant pour 18 mois. Sauf que pour Medvedev, 18 mois,c'est sans doute déjà du LT. Par ailleurs, la recette est sans doute assez dure pour la santé des Russes, déjà pas mal amochée par la Vodka. Enfin, tout ceci n'est pas très régulier vis à is de l'OMC, mais ça, j'imagine que c'est le cadet de ses soucis. Un peu minable !