La Russie dit avoir démantelé un «gang des fromages»

le
0
La Russie dit avoir démantelé un «gang des fromages»
La Russie dit avoir démantelé un «gang des fromages»

L'embargo n'est pas du goût de tous. En Russie, on aime les fromages occidentaux à en croire le réseau de contrebande qui vient d'être démantelé. Mardi, la police s'est vantée d'avoir «mis fin aux activités d'un gang criminel international». Six membres arrêtés dans la région de Moscou sont soupçonnés d'avoir produit pour 30 millions de dollars (27,2M€) de fromage en utilisant 470 kg de présure venue d'Occident. La présure est un coagulant naturel du lait, essentiel à la fabrication des fromages.

Une vidéo diffusée par les autorités russes montre les forces de l'ordre interpellant les suspects, plaqués au sol ou contre leurs véhicules, puis saisissant différentes variétés de fromages et de fausses étiquettes de supermarché.

Les autorités russes assurent que ce fromage était vendu sous de fausses marques dans des épiceries de Moscou, de Saint-Pétersbourg et de sa région. Les suspects risquent jusqu'à dix ans de prison pour fraude, a précisé la police.

Selon le journal économique RBK, qui cite une source anonyme, les présures étaient importées illégalement de Lettonie, de Lituanie et de Pologne, ce que le ministère de l'Intérieur russe a refusé de confirmer ou infirmer. Selon la police, les investigations sont en cours pour identifier d'autres membres du réseau, ainsi que des consommateurs ayant acheté le fromage de contrebande.

Depuis près d'un an, la Russie interdit l'importation de la plupart des produits alimentaires des pays qui la sanctionnent pour son rôle présumé dans la crise ukrainienne, ce qui touche particulièrement le secteur agricole européen.

La Russie a commencé le 6 août à détruire les aliments sous embargo, écrasant ou brûlant des tonnes de pêches, de nectarines, de viandes et de fromages, saisis à la frontière aussi bien que dans les magasins. Ces destructions de nourriture dans un pays historiquement traumatisé par les famines et les privations du XXe siècle ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant