La Russie dit avoir déjoué une cyberattaque contre ses banques

le
1
    MOSCOU, 2 décembre (Reuters) - La Russie a annoncé vendredi 
avoir mis en échec un complot ourdi par des espions étrangers 
pour semer le chaos dans le système bancaire russe par des 
cyberattaques coordonnées et la diffusion de fausses 
informations sur l'état de ses banques sur les réseaux sociaux. 
    Le Renseignement intérieur russe (FSB) précise dans un 
communiqué que les serveurs qui devaient servir à lancer les 
cyberattaques sont situés aux Pays-Bas et qu'ils sont 
enregistrés auprès de BlazingFast, une société ukrainienne 
d'hébergement de sites internet. 
    Les attaques devaient débuter le 5 décembre et cibler des 
banques nationales et régionales dans plusieurs villes russes, 
ajoute le FSB. 
    "Il était prévu que la cyberattaque s'accompagne de l'envoi 
massif de SMS et de messages alarmistes sur les réseaux sociaux 
évoquant une crise du système bancaire russe, des faillites et 
des retraits de licence", lit-on dans le communiqué. 
    "Le FSB prend les mesures nécessaires pour neutraliser les 
menaces contre la sécurité de l'économie et de l'information en 
Russie", ajoute le service de renseignement sans plus de 
précision, notamment sur la nationalité des espions étrangers 
mis en cause. 
    Le directeur de BlazingFast, Anton Onopritchouk, a déclaré à 
Reuters que la société basée à Kiev n'avait été contactée ni par 
le FSB, ni par aucun autre service de renseignements. Il a dit 
attendre d'en savoir davantage pour mener une enquête interne. 
    A la question de savoir si ses serveurs pourraient servir à 
lancer une cyberattaque, il a répondu: "Techniquement, c'est 
possible. Cela peut arriver à n'importe quelle société 
d'hébergement où on peut louer un serveur. A partir de là, on 
peut attaquer ce qu'on veut et dans 99% des cas, on ne s'en rend 
compte que quand cela a eu lieu." 
    La Russie est particulièrement vigilante aux cyberattaques 
depuis qu'elle a été accusée d'avoir été impliquée dans le 
piratage du système de messagerie électronique du Parti 
démocrate pendant la campagne présidentielle américaine. 
    Le vice-président américain, Joe Biden, avait à l'époque 
menacé le Kremlin d'une réponse "proportionnée". 
    Plusieurs cyberattaques ont depuis visé des institutions 
russes sans que l'on sache si elles étaient liées aux tensions 
entre Moscou et Washington.  
 
 (Christian Lowe avec Elena Fabrichnaya et Kira Zavialova à 
Moscou et Natalia Zinets à Kiev; Tangi Salaün pour le service 
français, édité par Danielle Rouquié) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5285637 il y a 4 jours

    Arroseur arrosé ou début d'une nouvelle guerre d'ampleur?