La rupture est consommée entre Assurance maladie et médecins

le , mis à jour à 08:55
0
La rupture est consommée entre Assurance maladie et médecins
La rupture est consommée entre Assurance maladie et médecins

Finalement, médecins libéraux et Assurance maladie ne se verront pas demain. Un rendez-vous pourtant programmé dans le cadre des négociations ouvertes en février dernier et devant aboutir, fin août, à la signature d'une nouvelle convention médicale qui régira pour cinq ans les relations entre la Sécurité sociale et les médecins.

Directeur général de la Caisse nationale d'assurance maladie et pilote des négociations, Nicolas Revel a en effet annoncé vendredi soir aux syndicats qu'il annulait la réunion de demain. Il faut dire qu'il n'y a plus grand monde autour de la table. Sur les cinq participants, trois syndicats ont claqué la porte : le Bloc, majoritaire chez les chirurgiens, anesthésistes et obstétriciens, s'est retiré mercredi, suivi par la CSMF, premier syndicat de médecins et, vendredi, par la FMF. « Après quatre mois de discussion et à un mois de l'échéance, s'agace le président de la CSMF, Jean-Paul Ortiz, aucun engagement n'a encore été pris. »

 

Trois syndicats doivent valider la convention

Furieux, le Bloc reproche à Nicolas Revel de vouloir « dérembourser la chirurgie libérale ». Bertrand de Rochambeau, coprésident du Bloc, n'a pas digéré la dernière réunion : « Sans donner de chiffres, M. Revel a proposé de revaloriser... 34 des 1 500 actes référencés ! Parmi eux, des actes réalisés par une centaine de chirurgiens pédiatres. Et des actes rares comme l'arthroscopie de la cheville. En contrepartie, il veut baisser le tarif de l'arthroscopie du genou, devenue, elle, très fréquente. De qui se moque-t-on ? » s'agace le coprésident ? Quant à la hausse de 3,5 % pour les actes courants, « elle ne concerne pas le secteur 2, soit 80 % des spécialistes ».

 

Même l'offre de revalorisation des consultations d'urgence ne passe pas car, rapporte Bertrand de Rochambeau, « les agences régionales de santé sont en train parallèlement de réduire de 30 % les cliniques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant