La ruée vers l'or, bientôt terminée ?

le
28

L'or continue d'avoir le vent en poupe sur les marchés, mais cette tendance pourrait s'épuiser en l'absence de nouvelles craintes chez les investisseurs, et en l'absence d'une baisse supplémentaire des taux.
L'or continue d'avoir le vent en poupe sur les marchés, mais cette tendance pourrait s'épuiser en l'absence de nouvelles craintes chez les investisseurs, et en l'absence d'une baisse supplémentaire des taux.

Depuis le début de l’année, le métal jaune est prisé par les investisseurs, dans un contexte de craintes à répétition sur les marchés actions et de taux négatifs pour les actifs les plus sûrs du marché obligataire. Néanmoins, le potentiel de hausse des cours de l’or paraît désormais limité.

Depuis le début de l’année 2016, les cours de l’or ont progressé d’environ 25%, en passant de 1.060 à 1.350 dollars/once. Cette performance est largement supérieure à celle des marchés actions européens, qui restent globalement en baisse modérée depuis le 31 décembre dernier.

L’année 2016 s’affiche donc bel et bien comme celle de la revanche pour le métal jaune, qui avait perdu plus de 40% depuis son pic de l’année 2011 au-delà des 1.850 dollars/once.

Pour autant, les principaux facteurs de soutien du métal jaune pourraient désormais se tarir.

Accalmie sur les marchés actions

En premier lieu, les craintes relatives aux marchés actions, qui profitent traditionnellement au métal jaune, se sont apaisées au cours des dernières semaines après le choc violent mais passager du vote pro-Brexit.

Certes, les incertitudes vont rester nombreuses d’ici la fin de l’année à cause des diverses échéances électorales, sans parler du sentiment toujours mitigé autour de la vigueur de la croissance mondiale. Mais avec l’embellie récente des statistiques économiques américaines, notamment sur le front de l’emploi, il semble désormais que seule une rechute des prix du pétrole sous les 40 dollars puisse véritablement menacer à court terme l’accalmie des marchés.

En l’absence d’une rechute des cours de l’or noir, l’aversion au risque pourrait continuer à se réduire lors des prochaines semaines, et les investisseurs auraient alors moins de raisons de se tourner vers le métal jaune.

Les taux peuvent difficilement tomber plus bas

En second lieu, la baisse des taux sur le marché obligataire semble difficilement en mesure de se poursuivre au cours des prochains mois. Or, si le métal jaune a connu un premier semestre 2016 en fanfare, c’est principalement grâce à la baisse des taux jusqu’en territoire négatif, ayant permis aux investisseurs de relativiser le fait qu’investir dans l’or n’offre aucun rendement.

Les taux des emprunts d’Etat de la zone euro restent en effet à des niveaux historiquement faibles, les investisseurs anticipant toujours une éventuelle action à venir de la BCE à la rentrée ou d’ici la fin de l’année, visant à contrer toute éventuelle dégradation de la conjoncture européenne attribuable aux conséquences du Brexit.

Le taux de l’OAT à 10 ans française évoluait ainsi à 0,11% jeudi. Le Bund à 10 ans allemand évoluait quant à lui  à -0,10% sans parler du 10 ans suisse à -0,54%. Même le taux à 10 ans espagnol est désormais passé sous le seuil symbolique des 1%, à 0,92%, ceci malgré le profil d’emprunteur plus risqué de l’Espagne face aux trois autres Etats cités.

L’éventuelle annonce de mesures d’assouplissement monétaire supplémentaires de la BCE semble ainsi déjà intégrée dans les cours, et le fait qu’une telle annonce devienne effective à l’avenir ne devrait avoir qu’un faible impact supplémentaire sur la baisse des taux.

Surtout, il n’est pas exclu que la Fed décide d’une nouvelle hausse de ses taux directeurs d’ici la fin de l’année 2016 malgré le fait que les investisseurs ne semblent pas s’attendre à une nouvelle action de la banque centrale américaine avant 2017. Une hausse des taux américains pourrait provoquer un raffermissement de la monnaie américaine pénalisant les cours de l’or qui cote en dollars.

Evolution des cours de l'or depuis leur pic de 2011. Source : Boursorama.
Evolution des cours de l'or depuis leur pic de 2011. Source : Boursorama.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xavib il y a 10 mois

    Exact dupon666 ces histoires de prix de revient ou d'extraction sont d'un ridicule achevé.

  • fred1903 il y a 10 mois

    OR ARGENT PLATINE PALLADIUM DIAMANT. La + vieille famille 900 ans d'existence expliquait 1/3 OR 1/3 IMMO 1/3 ART.

  • BIPBIP6 il y a 10 mois

    On n'est qu'au début de la hausse voyez le graph . ci-joint !

  • guyguy16 il y a 10 mois

    L'or ne rapporte rien,surtout pas d'interets négatifs.....................Le plus intéressant dans le fait d'en avoir,c'est que l'etat ne sais pas que vous en avez et ne peut pas vous ponctionner.(si vous l'achetez en dehors de la France,bien sur)

  • vicvaia il y a 10 mois

    Pour l'ensemble des "gérants de portefeuille" et des acteurs bancaires et assureurs , l'or est l'ennemi n°1 .Pour les banques centrales , c'est tout simplement une bombe atomique sous leurs sièges .Et pour les théoriciens de l'économie (les plus dangereux) , c'est idéologiquement ce qui les révulse .Voulez-vous soutenir ces gens-là ?

  • guerber3 il y a 10 mois

    Il y a ceux qui savent que l' or est la monnaie...et il y ceux qui croient que c' est pour faire des bijoux...!

  • lefilon il y a 10 mois

    Un banquier qui prend ses rêves pour la réalité. Une chose est certaine; son patron lui donnera ses bons points.Attendre quelques semaines, le temps que la saisonnalité se mette à jouer pleinement en faveur de l'or.

  • guerber3 il y a 10 mois

    Des gens sont payés pour faire des articles, ils les font : crédibilité nulle puisqu' ils ne savent même pas ce qu' ils disent...ça remplit des pages de bandes dessinées...!

  • dupon666 il y a 10 mois

    Lr gag..."L'or ne peut être à $50,000 l'once si il coute moins de $1,000 à être extrait"......un billet de 100 Euros ne coute que quelques centimes à imprimer et tout le monde l'utilise pour une valeur de 100 €

  • y.tiruz il y a 10 mois

    puisque l'on nous le dit