La rue Rebière, ou la métamorphose d'une voie parisienne

le
1

VIDÉO - Depuis 2005, cette petite rue du 17e arrondissement de Paris est en mutation. En partenariat avec le Pavillon de l'Arsenal, Le Figaro Immobilier vous fait découvrir comment il elle a été réinventée.

Le goût «du détail dans la densité». C'est comme cela que David Trottin, architecte conseil du projet de réaménagement de la Zac Pouchet à Paris, qualifie la transformation de cette rue d'environ 600 mètres, très large, construite sur le modèle des anciennes fortifications. La mutation a duré huit années. L'objectif: faire connaitre une nouvelle vie à cette rue à l'origine dédiée à l'automobile avant de tomber en désuétude.

Que trouve-t-on aujourd'hui dans cette voie? 17 petits immeubles, sortis de terre en l'espace d'environ trois ans, alignés le long du cimetière des Batignolles sur un seul et même pan de rue. Chacun d'entre eux comprend entre 10 et 20 appartements confortables et peu consommateurs d'énergie. Pour pouvoir accueillir les bâtiments, la rue qui faisait autrefois 25 mètres de large a été réduite à 12,60 mètres. Un seul point commun entre ces immeubles: les balcons... qui sont tous aussi différents que les immeubles!

Parmi les plus intéressants, on découvre un immeuble avec des terrasses de différentes couleurs, empilés les unes sur les autres à chaque étage. Un autre se révèle être une version revisitée d'un immeuble haussmannien, en conservant certaines caractéristiques. Un dernier se présente comme un grand bâtiment en forme de V, donnant l'impression d'être un petit village au creux d'un vallon. Petit problème (ou avantage, c'est selon): difficile d'avoir de l'intimité dans la mesure où les appartements des deux côtés du V semblent se toiser!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 le jeudi 19 mar 2015 à 20:10

    Eh ben c'est moche.