La rue honore enfin Nungesser et Coli

le , mis à jour à 14:47
0
La rue honore enfin Nungesser et Coli
La rue honore enfin Nungesser et Coli

Ce sont quelques mots nouveaux sur un rectangle en métal émaillé qui ressemblent à un véritable hommage. Selon nos informations, la mairie de Paris va, l'année prochaine, changer le libellé des plaques de la rue Nungesser-et-Coli dans le XVIe arrondissement. Aujourd'hui, les deux pilotes sont présentés comme des « aviateurs disparus au cours de la traversée de l'Atlantique nord en 1927 ». En 2017, ils deviendront ceux qui « ont traversé l'Atlantique les 8 et 9 mai 1927, naufragés devant Saint-Pierre-et-Miquelon ».

 

Il y a près de 9 décennies, les deux as de 14-18 ont décollé du Bourget à bord de l'Oiseau blanc. Mais ils ne se sont pas posés à New York, leur destination, celle qui aurait fait d'eux les véritables pionniers de l'Atlantique, douze jours avant l'Américain Charles Lindbergh. L'avion et leurs corps n'ont jamais été retrouvés. C'est l'une des plus grandes énigmes de l'aéronautique, que tente de résoudre depuis huit ans un septuagénaire passionné, Bernard Decré, à la tête de l'association la Recherche de l'Oiseau blanc.

 

Actualiser le mystère

 

En plongeant, notamment, dans des archives, il est arrivé à la conclusion, grâce à un « faisceau d'indices », que les deux aventuriers se sont crashés au large de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, petit bout de France en Amérique. Son enquête lui a valu les honneurs de la Fédération aéronautique internationale qui lui a remis le prestigieux prix Tissandier l'année dernière.

 

Fort de cette distinction, il a plaidé la cause des héros oubliés auprès de l'hôtel de ville de la capitale qui accepte donc de modifier les plaques. « C'est une façon d'actualiser le mystère de l'Oiseau blanc », résume Laurent Bellini, chef de cabinet à la mairie de Paris. Mais, pour lui, pas question de « refaire l'histoire ». « On ne conteste en aucune façon la traversée de l'Atlantique par Lindbergh », assure-t-il. Contrairement aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant