La rue de Kiev sonnée par la répression

le
0

REPORTAGE - Après l'assaut policier, la capitale ukrainienne s'est muée en champ de ruines.

À Kiev, la révolution ukrainienne vit probablement ses derniers jours. Au lendemain d'une flambée de violences et d'un assaut policier nocturne qui a causé au moins 26 morts, le centre de la capitale ressemble en partie à un champ de ruines, déserté par ses habitants et vide de toute voiture. Épicentre historique du mouvement de contestation, la place Maïdan est désormais cernée sur deux côtés par les forces de l'ordre, dont les renforts progressent régulièrement en direction de son c½ur.

L'immeuble de la Maison des syndicats, qui abrita durant des semaines un centre de presse et un hôpital de fortune, est totalement calciné. L'étau se resserre sur les manifestants, environ un millier de personnes regroupées autour d'une scène dérisoire. Au milieu des prières et des incantations politiques claquent par intermittence des grenades explosives, plus rarement de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant