La rue arabo-musulmane demeure mobilisée

le
1
LES MANIFESTATIONS ANTI-AMÉRICAINES
LES MANIFESTATIONS ANTI-AMÉRICAINES

par Dominic Evans et Mirwais Harooni

BEYROUTH/KABOUL (Reuters) - Les manifestations anti-américaines dans le monde arabo-musulman se sont poursuivies lundi pour dénoncer une vidéo islamophobe réalisée aux Etats-Unis et dont l'Iran a promis de "traquer" les auteurs, accusés d'avoir "insulté un milliard et demi" de fidèles.

L'appel au calme lancé ce week-end par le Grand Mufti d'Arabie saoudite n'a pas apaisé la colère de la rue où des milliers de personnes sont à nouveau descendues au Liban, en Afghanistan, au Pakistan et en Indonésie.

A Beyrouth, le chef du Hezbollah libanais, Saïed Hassan Nasrallah, a effectué une rarissime sortie en public pour s'adresser à plusieurs dizaines de milliers de fidèles rassemblés à son appel dans la banlieue sud de la capitale.

"Le monde doit savoir que notre colère n'est pas une expression passagère mais le début d'un mouvement grave qui se poursuivra dans la nation musulmane pour défendre le prophète de Dieu", a lancé à la foule le religieux qui vit caché par crainte d'assassinat depuis la guerre avec Israël en 2006.

"Le monde doit comprendre nos liens avec le prophète de Dieu. Il ne perçoit pas la gravité de l'insulte qui a été faite aux travers des extraits de ce film offensant", a-t-il ajouté sous des tonnerres d'applaudissements.

"L'Amérique doit comprendre que la diffusion de ce film aura de très graves conséquences à travers le monde", a-t-il promis.

La manifestation est demeurée pacifique, restant à distance de la représentation diplomatique américaine à Beyrouth.

"PAYER POUR LE DÉSHONNEUR"

A Kaboul, de 3.000 à 4.000 protestataires se sont rassemblés aux cris de "Mort à l'Amérique" avant de brûler des drapeaux américains et israéliens, d'incendier des véhicules et des commerces et de lancer des pierres sur les forces de l'ordre.

Le police afghane a assuré qu'elle contrôlait la situation et dit que le quartier des ambassades, situé dans le centre de la capitale, avait été bouclé par mesure de sécurité.

"Nous défendrons notre prophète au prix de notre sang. Nous ne laisserons personne l'insulter", a déclaré un manifestant à Kaboul. "Les Américains vont devoir payer pour ce déshonneur."

Au Pakistan, le Premier ministre Raja Pervez Ashraf a ordonné la fermeture de l'accès au site YouTube sur lequel la vidéo est consultable sur internet.

Les forces de l'ordre ont effectué des tirs de sommation pour disperser la foule qui tentait de se diriger vers le consulat américain à Karachi. Une trentaine d'étudiants ont été interpellés lors de la manifestation organisée à l'appel d'un parti religieux, a précisé la police. A Lahore, dans le nord-est du pays, six policiers ont été blessés dans des échauffourées après avoir essuyé des jets de pierres.

La police a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour contenir les manifestants rassemblés devant l'ambassade des Etats-Unis à Djakarta.

A Tunis, les forces de sécurité ont encerclé une mosquée dans laquelle un dirigeant salafiste protégé par plusieurs centaines de ses partisans s'était retranché avant de réussir à prendre la fuite. Saïf-Allah Benahssine, alias Abou Iyadh, est recherché pour son implication présumée dans la manifestation qui a dégénéré vendredi devant l'ambassade des Etats-Unis à Tunis, faisant deux morts et une trentaine de blessés.

TRAQUER LES AUTEURS

Le gouvernement iranien a, pour sa part, promis de traquer les créateurs de la vidéo "L'innocence des musulmans" réalisée en Californies. "Le gouvernement de la République islamique condamne ce film déplacé et offensant", a déclaré le premier vice-président Mohammad Reza Rahmini, cité par l'agence de presse Mehr. "Il va certainement chercher, traquer et poursuivre la personne coupable qui a insulté un milliard et demi de musulmans à travers le monde", a-t-il ajouté.

Les dirigeants iraniens ont demandé aux Etats-Unis de présenter des excuses pour la diffusion de ce film présentant le prophète Mahomet comme un coureur de jupons et un imbécile.

Rahmini n'a pas dit comment le gouvernement iranien entendait s'y prendre pour retrouver les auteurs du film dont l'identité demeure incertaine malgré une enquête ouverte en Californie.

Le clip, publié sur internet en juillet, serait l'oeuvre d'un certain Sam Bacile qui est certainement un pseudonyme, selon deux personnes liées au film.

Les autorités américaines ont interrogé pendant une demi-heure samedi un chrétien copte du nom de Nakoula Basseley Nakoula, 55 ans, résidant à Cerritos dans la banlieue de Los Angeles, et que plusieurs médias lient à la réalisation du film.

La poursuite de la contestation prend l'allure d'un casse-tête diplomatique pour Barack Obama à cinquante jours de l'élection présidentielle du 6 novembre.

Malgré les efforts menés pendant son mandat pour améliorer les relations avec le monde arabe et musulman, le président américain reste confronté à une série de problèmes comme le retrait militaire d'Afghanistan, le nucléaire iranien, la guerre civile en Syrie et les retombées du "printemps arabe".

Avec Imtiaz Shah à Karachi, Tarek Amara à Tunis et Alex Dobuzinskis à Los Angeles; Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • q2lamrd le lundi 17 sept 2012 à 19:25

    Donc 3.000 américains tués dans 2 tours par une dizaine d'illuminés musulmans, c'est moins grave que le youtube d'un illuminé américain, si j'en juge par les réactions "arabo-musulmanes". Des arrièrés fanatiques envieux de la richesse à laquelle ils n'accéderont jamais et content de recevoir les armes des mêmes ricains en Lybien en Syrie. Mais où va-t-on ? Devant tant de bêtise et d'hypochrisie, je finis par comprendre l'élite ! Je n'aurais jamais du la quitter intellectuellement. LOL