La route de l'appli de transports Heetch passe par le tribunal

le , mis à jour à 18:16
2
La route de l'appli de transports Heetch passe par le tribunal
La route de l'appli de transports Heetch passe par le tribunal

Le destin de leur jeune pousse se joue au tribunal correctionnel de Paris mercredi dès 9 heures. Les deux dirigeants et fondateurs de Heetch, un service de «covoiturage nocturne» (de 20h à 6h du matin) visant une clientèle jeune, comparaissent sous fond de polémique autour de la légalité de leur application parmi les plus populaires sur l'App Store ou Google Play.

Mathieu Jacob et Teddy Pellerin devront en effet répondre de «complicité d'exercice illégal de la profession de taxi», «de pratique commerciale trompeuse» et «d'organisation illégale d'un système de mise en relation de clients avec des chauffeurs non-professionnels».

Avant le procès en première instance, la start-up, fondée en 2013 et «chouchou» d'Emmanuel Macron, mène une offensive de lobbying afin de s'éviter le destin de UberPOP, ce service entre particuliers qui a déjà valu plusieurs condamnations au géant américain des voitures de transport avec chauffeur (VTC), pour des chefs d'accusation identiques.

 

Entretien-vérité avec le co-fondateur Teddy Pellerin qui assure respecter la loi mais encourt 300 000 euros d’amende et deux ans de prison.

> Comment vous sentez-vous à la veille du procès qui pourrait sceller le sort de votre entreprise ?

« Nous sommes confiants car nous sommes une plateforme d'économie du partage alors que ce qui est interdit en France c'est le transport entre particuliers à titre onéreux à l'exception du partage de frais. Il n'y a pas de définition juridique du partage de frais, c'est pour cela que c'est compliqué. Nous espérons que cette audience permettra d'avancer sur ce secteur là. C'est aussi une audience importante pour l'entrepreneuriat français.»

> Vous semblez profiter d'un flou juridique, la justice pourrait clarifier la situation en votre défaveur...

« Nous avons le sentiment que nous pouvons exposer des arguments juridiques qui montrent que les conducteurs ne gagnent pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laniakea il y a 10 mois

    Entreprendre dans les règles et pas n'importe comment.

  • ljunior il y a 10 mois

    Ce procès montre bien aux futurs entrepreneurs, investisseurs qu’aucune entreprise arrivant avec une rupture technologique mondiale comme amazon, airbnb, google ou autre ne pourra émerger en France. L’état lui fera un procès. Bref pas la peine de lancer la moindre chose en France