La Roumanie sous surveillance

le
0
Bruxelles publie un rapport accablant pour les hommes politiques roumains et adresse une mise en demeure au premier ministre.

De notre correspondant à Bruxelles

Cinq ans après son entrée dans l'UE, la Roumanie se retrouve sur la sellette. Bruxelles va mettre mercredi le premier ministre Victor Ponta et sa majorité parlementaire en demeure de lever d'ici à la fin de l'année de «graves inquiétudes» sur le respect de l'état de droit et sur l'indépendance de la justice.

L'acharnement de la gauche à déloger le président conservateur Traian Basescu a déclenché le combat des chefs et les soupçons. L'épreuve de force dépasse désormais les frontières du pays. Sans prendre de gants, la Commission européenne entend peser de tout son poids dans le duel et tester, du même coup, son aptitude à imposer la règle du jeu démocratique partout en Europe.

«Manipulations et menaces visant les institutions»

L'entrée en lice de l'UE se concrétisera mercredi par la publication à Bruxelles d'un rapport accablant pour les hommes politiques roumains, et pour les alliés du premier ministre social-démocrate

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant