La Roma sort vivante de Rotterdam

le
0
La Roma sort vivante de Rotterdam
La Roma sort vivante de Rotterdam

Dans un match engagé et sous haute tension, le Feyenoord Rotterdam a dû s'incliner sur ses terres contre une AS Rome conquérante (2-1). Qualifiés en huitièmes de finale, les Giallorossi font le plein de confiance avant le retour à la Serie A.


Feyenoord Rotterdam - AS Rome
(1-2)

E. Manu (57') pour Feyenoord Rotterdam , A. Ljajic (45'), Gervinho (60') pour AS Rome.


Sur le tableau du De Kuip Stadion s'affiche la 47ème minute de jeu. En plein milieu du temps additionnel de la première période, l'AS Rome se dirige vers un premier acte solide et ponctué d'une belle domination collective. Oui mais voilà, l'important dans le football n'est pas de dominer. C'est de gagner. Après avoir concédé le nul à l'Olimpico (1-1), la Roma doit marquer à l'extérieur si elle veut accéder au prochain tour de la Ligue Europa. En bon opportuniste, Adem Ljajic comprend le message. Et pour cause : l'offrande de son camarade Vassilios Torosidis est aussi belle qu'un grec chaud en sortant de discothèque à cinq heures du matin. Ljajic profite de ce centre impeccable, mettant les siens devant, juste avant la mi-temps. Lors de sa célébration, le Serbe relâche la pression et n'oublie pas de rendre hommage à son pote Gervinho, victime d'un jet de banane gonflable quelques minutes auparavant. Au vu d'un tel comportement, une chose est sûre ce jeudi soir : sur le terrain comme en dehors, les plus intelligents sont sortis vainqueurs.
Exit Kazim
Six ans. Cela faisait depuis la saison 2008-2009 que le Feyenoord Rotterdam n'avait plus connu les joies d'une compétition européenne. Pour un aussi grand monument du football néerlandais, c'est une véritable éternité. Contre un autre grand nom du Vieux Continent, De Kuip veut accueillir avec la manière et aller aussi loin que possible dans la compétition. Comme il s'agit d'un match entre deux grandes entités, les légendes ont aussi leur mot à dire. Sur une perte de balle de Karim El-Ahmadi, c'est l'heure du geste de grande classe de Francesco Totti. D'une balle piquée, le numéro 10 romain voit sa balle effleurer le montant de Vermeer, spectateur plutôt qu'artiste-peintre pour l'occasion (15e). Deux minutes plus tard, un coup franc giallorossi permet au Capitano de s'illustrer une nouvelle fois,...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant