La Roma ouvre le bal par un triste nul

le
0
La Roma ouvre le bal par un triste nul
La Roma ouvre le bal par un triste nul

Deux mi-temps, deux mesures. La première période a été une mort lente. La seconde, un atelier tricotage des Romains autour de la défense de l'Hellas. Le match nul final est d'une logique imparable.

Hellas Vérone 1-1 AS Roma

Buts : Jankovic (60e) pour l'Hellas Vérone // Florenzi (66e) pour la Roma

Tristes retrouvailles avec la Serie A. Une grande Roma sur le papier avec la plupart de ses recrues titularisées – au moins Dzeko, Salah et Szczesny – mais petite par l'état d'esprit, s'est contentée de se passer le ballon pendant les 45 premières minutes et de rattraper le temps perdu durant les 45 suivantes. En face, le Hellas Vérone, guère plus enthousiaste, n'a pas montré grand chose non plus. Et donc logiquement, la confrontation entre ces deux employés italiens, fatigués de retourner travailler, s'est conclue sur un bon vieux match nul, 1–1, marque de fabrique de cette Roma en début d'année civile.

Le dur retour au bureau


C'est la reprise et les indices qui nous le prouvent sont nombreux : imprécisions, grosses frappes au dessus, jambes lourdes, tacles à retardement, manque de rythme. Bref, les premières minutes de cette nouvelle Serie A ne font pas vraiment rêver. Sur sa première occasion, Dzeko envoie un ballon en orbite. Toni, lui, préfère la mauvaise frappe écrasée du gauche. Quant à Salah, il bat le record de rebonds sur une frappe aux vingt mètres, environ trente avant d'être repoussé par Rafael. La Roma a le contrôle mais ses phases de possession sont presque aussi palpitantes qu'un épisode des Feux de l'amour, le principal rebondissement étant l'altercation entre Salah et Souprayen pour un maillot tiré. Dix secondes de pur bonheur comparé au reste. Hormis une double occasion pour le Hellas en fin de période, un duel Souprayen – Szczesny remporté par le Polonais et une tête de Jankovic sauvée sur sa ligne par De Rossi, on s'emmerde quand même plutôt pas mal mais bon, les joueurs ont des circonstances atténuantes. Ce n'est jamais facile de retourner au bureau après deux mois de vacances.

L'excitation presque retrouvée


Mais heureusement pour tout le monde, la Roma finit par se réveiller. C'est lent, c'est…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant