La Roma ne lâche rien

le
0
La Roma ne lâche rien
La Roma ne lâche rien

Sans être flamboyante, la Roma assure les trois points face à une petite équipe de la Samp (2-1). Et avec ce troisième succès d'affilée, elle reste surtout dans le rythme du wagon de tête.

AS Roma 2-1 Sampdoria

Buts : Florenzi (45e) Perotti (50e) pour la Roma // Pjanić (csc 57e) pour la Samp

Et de trois pour Spalletti ! L'homme sans cou et sans cheveu fait vraiment du bien à la Roma. Après deux matchs de rodage, il semble avoir trouvé un système de jeu plutôt convaincant et solide. La preuve avec la position plus avancée de Florenzi. Nul ne l'ignorait, le garçon avait des atouts offensifs à faire valoir, mais depuis qu'il a été repositionné en milieu droit, il apporte un plus à son équipe. En repérage dans la surface, il est d'ailleurs le premier buteur du soir. Et puis, la position plus basse de Pjanić facilite également la relance et permet surtout à d'autres joueurs plus mobiles de faire la différence. La preuve avec le bijou de Perotti en début de seconde période. Bref, la Roma semble aller mieux depuis le retour de Luciano, la réduction du score de la Samp est (presque) anecdotique, et cette troisième victoire de rang en est le symptôme le plus évident.

Air Florenzi


Dire que la Sampdoria n'a pris aucun risque en première période est un euphémisme. Les hommes de Montella se sont contentés de coulisser autour de leur surface et de se faire bouffer par la doublette Manolas-Rüdiger sur leurs rares attaques placées. Dire que la Roma a dominé est également un euphémisme. Les hommes de Spalletti ont clairement monopolisé le ballon pendant 45 minutes. Seul problème : la finition. Car ni Pjanić, dont le jeu de tête est bien trop timide à la 18e, ni El Shaarawy, dont le tir au point de pénalty deux minutes plus tard est toujours en orbite, ni Florenzi, trop court sur un bon centre de Maicon vers la demi heure de jeu, ne parviennent à tromper Viviano. Pour ça, il faut attendre un premier avertissement de la part de la Sampdoria, une touchette de Rüdiger sur Correa dans la surface de réparation non sifflée par l'arbitre, et la toute dernière seconde de la première période. Moment choisi par Florenzi pour convertir d'un joli coup de tête la domination de son équipe. 1-0 à la mi-temps.

[H2…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant