La Roma grappille deux points à la Juve.

le
0
La Roma grappille deux points à la Juve.
La Roma grappille deux points à la Juve.

Et la belle opération du jour est à mettre à l'actif de la Roma. Malchanceuse il y a quinze jours dans le choc qui l'opposait à son rival turinois (3-2), l'équipe de Rudi Garcia a profité du match nul concédé par la Juve à Sassuolo pour revenir à une unité grâce à sa large victoire contre le Chievo. La guerre se poursuit en Italie.

En plus de leur large avance au classement, tout semble fait pour que Juventini et Giallorossi se livrent de nouveau une lutte en solo dans un championnat qui compte deux Harley-Davidson et dix-huit Solex. Ligue des champions oblige, les rencontres de la Juve et de la Roma sont très souvent jouées seules le samedi alors que le reste des matchs se disputent le dimanche, entre poursuivants et « beautiful losers ». Protagonistes d'une guerre sportive qui n'a rien d'amicale, Romains et Turinois sont devenus les meilleurs ennemis du monde depuis ce dimanche 5 octobre et la victoire polémique de la Vieille Dame sur son grand rival (3-2). Et comme en Italie, les week-ends se suivent et se ressemblent, la Juve a une nouvelle fois cru qu'elle allait répondre sereinement à la Roma, victorieuse 3-0 du Chievo en fin d'après-midi. Oui, sauf qu'en face des Turinois, il y a avait une équipe de Sassuolo qui attendait le couteau entre les dents, et un Simone Zaza surmotivé.
La Louve en roue libre
Trente-trois. C'est, en minutes, le nombre de temps qu'aura duré cette partie entre les Romains de Rudi Garcia et les Veronesi d'Eugenio Corini. Ou, du moins, pour ce qui est du suspense et des efforts mis en oeuvre par les Giallorossi. Cherchant à tout prix à empocher les trois points de la victoire pour ne pas perdre davantage de terrain sur la Juve, Garcia envoie son équipe-type au charbon à l'exception de Gervinho qui fait banquette après sa session internationale avec la Côte d'Ivoire. Choix payant puisque la Louve ne met que quatre minutes à prendre l'avantage grâce à une merveille de tête décroisée signée Mattia Destro. Vingt minutes plus tard, la domination romaine s'accentue et le score s'aggrave. À la réception d'une transversale lumineuse du Capitano, Adem Ljajic se joue de la défense du Chievo côté droit et inscrit son premier but de la saison d'une grosse frappe.

La demi-heure sonne et la Roma, jamais rassasiée, décide d'en finir avec sa victime du jour. Sur une énième offensive, le revenant De Rossi est ceinturé dans la surface. Remonté comme un coucou après le match face à la Juve, Totti transforme le pénalty d'une mine qui manque de percer la cage de Bardi. La Louve a désormais partie gagnée et ça, Rudi Garcia le sait très bien. Si cette rencontre face au Chievo n'est qu'un hors-d'oeuvre, la réception du Bayern dans trois jours constitue à coup sûr le plat de résistance. Parti à...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant