La Rolls-Royce se branche sur secteur

le
0
VIDÉO - Le tourbillon électrique dans lequel est entraînée l'industrie automobile n'épargne pas la marque anglaise, qui a réalisé un prototype zéro émission de CO2 très abouti.

Le voiturier du Saint-James Club, l'ancien hôtel particulier de la Fondation Thiers, niché à deux pas de l'avenue Foch, à Paris, et reconverti en hôtel de luxe, a beau en avoir vu d'autres, lorsque la Rolls-Royce Phantom stoppe devant le perron, il se dit que quelque chose ne tourne pas rond. Confirmation à l'ouverture de la porte. «Pourquoi avez-vous retiré les moquettes?» s'inquiète-t-il. Débarrassée de ses épaisses garnitures, la «meilleure voiture du monde» perd en effet une partie de son charme. Notre bonhomme n'est pas au bout de ses surprises. Sous l'immense capot, ce n'est pas un V12 d'origine BMW qui ronronne, mais 640 kilos de batteries qui sont installés ! De quoi crier au sacrilège.

Comme l'ensemble des constructeurs de voitures de luxe et de sport, une question taraude Rolls-Royce: le plaisir de conduite et les sensations sont-ils compatibles avec une chaîne de traction électrique? En d'autres termes, est-il concevable que la voiture de luxe de dema

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant