La Roja et l'épineux cas Diego Costa

le
0
La Roja et l'épineux cas Diego Costa
La Roja et l'épineux cas Diego Costa

Encore une fois absent du rassemblement de l'équipe d'Espagne, Diego Costa ne cesse d'alimenter ses détracteurs et de multiplier les interrogations. Naturalisé à la hâte avant le Mondial, attendu comme la pointe qui manquait à la Roja, il reste un mystère. Sauf pour Del Bosque, qui ne cesse de le défendre.

Les Tigers ont eu raison de la Bestia. Car lors de ce duel dominical des plus animaliers, Diego Costa a frappé, a marqué, mais s'est surtout blessé. La victoire de Chelsea, poussive et providentielle face à Hull City, n'a ainsi pas empêché José Mourinho de ronchonner après-match. "Il a cette fragilité", bougonnait le Portugais au sujet de la santé bancale de sa pointe hispano-brésilienne. Avec ce nouveau pépin physique - une tendinite au pied gauche -, l'ancien Colchonero a, de fait, déclaré forfait pour les deux prochaines rencontres de la Roja face à l'Ukraine et aux Pays-Bas. Une redondance depuis son choix de sélection pré-Mondial brésilien. Entre absence sur blessure, interrogation sur son engagement et doute quant à son intégration sur le pré, il cristallise tous les tâtonnements de cette génération espagnole renouvelée. Même si Vicente del Bosque ne le lâche pas, la vérité du terrain ne parle pas en sa faveur. Son petit pion en sept sélections encore moins. Celui qui devait être la relève de David Villa et de Fernando Torres ne serait-il pas en train de se muer en un fardeau trop imposant ?
"Nous ne pouvons douter de lui "
Cet affolement médiatique trouve sa genèse avant même sa première cape sous la liquette des champions du monde et doubles champions d'Europe. Retour à la mi-octobre de l'an 2013, donc : toujours sans sélection fixe, la RFEF reçoit la si désirée documentation pour naturaliser sportivement le goleador de l'époque de l'Atlético Madrid. Le branle-bas de combat instauré à las Rozas par Vicente del Bosque fonctionne, et Scolari lâche du lest. Le début de la fin, ou la fin dès le début, c'est selon. Sa convocation du 7 novembre pour une tournée en Guinée équatoriale, ce "processus logique" dixit son sélectionneur, est un fiasco. Sur le flan quatre jours plus tard avec l'Atléti, il déclare forfait. Il étrenne finalement la camiseta roja dans son Vicente-Calderón face à l'Italie. Ce dernier rassemblement avant le Mondial brésilien suffit à l'installer dans l'escouade des tenants du titre. Et ce, malgré une blessure récurrente et semble-t-il incurable au biceps fémoral de la jambe droite qui lui coûte, quelques semaines plus tôt, une place de protagoniste en finale de Liga et de Ligue des champions.

Plus chaotique encore, le Mondial des hommes de Del Bosque ouvre grand la porte à un...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant