La Rochelle : le nouveau gouvernement à l'épreuve de l'université d'été du PS

le
0
La Rochelle : le nouveau gouvernement à l'épreuve de l'université d'été du PS
La Rochelle : le nouveau gouvernement à l'épreuve de l'université d'été du PS

L'université d'été du PS, qui s'ouvre vendredi à La Rochelle pour trois jours, s'annonce particulièrement agitée après le changement de gouvernement. L'appel ce jeudi de 200 députés et du premier secrétaire du PS à rentrer dans le rang, a peu de chances d'être entendu de tous. Et pour cause : l'interview au Point d'Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Economie socialiste-libéral, se déclarant favorable à un assouplissement des 35 heures déchaîne les passions. Le gouvernement a eu beau assurer qu'il n'était «pas question» de remettre en cause cette réforme emblématique de la gauche, les «frondeurs» sont plus que jamais remontés. Et la déclaration d'amour de Manuel Valls aux entreprises la veille a attisé un peu plus encore les fractures au sein du parti. 

La tentative de resserrer les rangs

Alors que nombre d'élus et de militants s'avouent désorientés par la crise que vient de traverser l'exécutif, Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS a voulu mettre les choses au clair : «Je me porte garant des débats, mais je ne saurais accepter qu'ils aient pour but de renverser le gouvernement» affirme-t-il dans une interview au Monde. «La gauche a toujours eu deux cultures : celle de la réforme et celle de la contestation», selon le patron du PS. «Elles doivent dialoguer, mais ne pas s'affronter car, sinon, nous allons tous nous marginaliser», insiste-t-il.

Même appel au «rassemblement» des 203 députés PS. Dans une tribune publiée par Le Monde, ils demandent aux parlementaires dits «frondeurs» d'être «pleinement responsables de l'intérêt général de la gauche et du pays». «Le cap de la politique économique a été fixé, et nous l'assumons (...) On ne peut redonner confiance à un pays qui doute par des coups de volant brusques et répétitifs», écrivent les signataires parmi lesquels figurent le président de l'Assemblée Claude Bartolone et celui du groupe socialiste Bruno Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant