La Rive gauche de la Seine rendue aux Parisiens

le
2
INAUGURATION DU NOUVEL AMÉNAGEMENT DES QUAIS DE SEINE RIVE GAUCHE
INAUGURATION DU NOUVEL AMÉNAGEMENT DES QUAIS DE SEINE RIVE GAUCHE

PARIS (Reuters) - Jardin flottant, restaurants, terrains de sport et ateliers créatifs : les quais de la Rive gauche de la Seine, longtemps autoroute urbaine, ont été reconquis mercredi par les Parisiens.

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, qui a marqué ses deux mandats par une politique de lutte contre la voiture au profit des piétons et des cyclistes, a inauguré son dernier grand projet d'aménagement après celui de la place de la République, ouverte dimanche dernier au public.

C'est toute "l'épine dorsale de Paris", la Seine, qui s'en trouve transformée, a-t-il déclaré.

Pas moins de 2,3 kilomètres de berges, du Musée d'Orsay au Pont de l'Alma, abritent un jardin flottant, un nouveau port logistique, des terrains de sport, de nombreux restaurants, snacks et buvettes, ainsi que des ateliers créatifs pour les enfants, pour un coût de 35 millions d'euros.

D'un quai réservé aux automobilistes, interdit aux piétons, la mairie a construit un espace dédié à la promenade.

Aux côtés de Bertrand Delanoë, son adjointe Anne Hidalgo, qui briguera sa succession face à l'UMP Nathalie Kosciusko-Morizet lors des élections municipales de 2014, a défendu un projet combattu dans le passé par une partie de la droite.

"On continue à faire de cette ville une ville où l'on respire, une ville écologique", a-t-elle dit. "La ville est une ville où il y a de la mobilité, et la mobilité est importante parce qu'on est une ville-monde, mais la voiture n'est pas la seule forme de mobilité qui existe."

Pour elle, la réalité dépasse la fiction.

"Un travail énorme pour arriver à quelque chose de très beau, et c'est vrai que, souvent, on a dit : on ne montrera aucune image qui ne puisse pas ressembler à la réalité de ce qu'on aura. Franchement, c'est exactement ce qu'on avait imaginé", a-t-elle ajouté.

Dès 2010, le projet de la Mairie était affiché : il s'agissait "d'ouvrir les berges à tous les amoureux de Paris" et d'en faire un lieu "de beauté et de loisir".

L'ancienne majorité de droite avait estimé que la fermeture des voies sur berge allait rendre la circulation plus difficile et l'ancien Premier ministre UMP François Fillon avait bloqué les travaux en 2012.

Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo ont assuré que la circulation ne serait que marginalement ralentie.

Louis Kalebdjian, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mercredi 19 juin 2013 à 18:20

    Quant à dire que la "circulation ne serait que marginalement ralentie" montre le cynisme de ses élus avec chauffeurs qui ont effectivement tellement ralenti la circulation dans Paris qu'il est difficiele de faire pire. Mais Ils s'en fichent ! PAs leur problème ! eux ils ont des horaires décalés et roulent ds les couloirs de bus !

  • manx750 le mercredi 19 juin 2013 à 18:16

    ils auraient dû titrer "La rive gauche de la Seine rendue aux bobos gais Parisiens" car les vrais parisiens bossent, stressent pour se déplacer, pour se garer, pour payer leurs PV quotidiens, pour payer les impots en augmentation de 60% en dix ans à Paris, pour se loger et survivire avec des salaires (quand ils ne sont pas au chômage) insuffisants pour vivre dans la capitale delanoësque !