La riposte judiciaire de Georges Tron se dessine

le
0
Accusation de «manipulation» médiatique, défense de la réflexologie, mise en cause des plaignantes... Me Olivier Schnerb multiplie les interventions pour défendre son client, qui a démissionné dimanche du gouvernement.

Lui-même l'avait annoncé samedi : son client, Georges Tron, démissionnerait si on le lui demandait. Maintenant que c'est chose faite, place à l'attaque : accusation de «manipulation» médiatique, défense des bienfaits de la réflexologie, remise en cause des plaignantes... Me Olivier Schnerb commence à dessiner la défense de son client Georges Tron, contraint de quitter le gouvernement après des plaintes pour agression sexuelle.

Les deux anciennes employées municipales de Draveil, dont Georges Tron est le maire, ont été entendues jeudi par la police au lendemain de l'ouverture d'une enquête préliminaire pour agression sexuelle et viol. Georges Tron et une adjointe, également visée, n'ont pas encore eu accès à la procédure et leur audition n'est pas imminente.

Mais Me Schnerb riposte déjà : «Les manipulations dont la presse a été l'objet vont finir par rendre ce dossier impossible à juger» et «la présomption d'innocence de Georges Tron est gravement compromise

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant